This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Les Provinces anglicanes du monde entier suspendent les cérémonies de culte publiques alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager

Posted on: March 24, 2020 4:11 PM
Les églises sont passées aux services en ligne après la suspension du culte public dans de nombreux pays
Photo Credit: Diocese of Edinburgh / Scottish Episcopal Church
Related Categories:

À l’instar des Églises d’autres confessions, les Provinces anglicanes du monde entier ont suspendu les cérémonies de culte publiques alors que la pandémie mondiale de Covid-19 continue de se propager. En ce mardi matin (24 mars), le bilan fait état de 14,510 personnes décédées, selon les derniers chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui travaille avec les gouvernements du monde entier pour limiter les effets du virus.

Les archevêques de Cantorbéry et d’York, Justin Welby et John Sentamu, ont appelé les chrétiens à opérer un changement radical dans leurs habitudes, en annonçant la suspension du culte public en Angleterre. Cette décision, ont-ils déclaré, n’est pas une volonté de « fermer boutique », mais plutôt d’adopter une autre forme de culte au vu de la situation. « Appartenir à l’Église d’Angleterre sera très différent dans les jours à venir », ont-ils écrit dans une lettre conjointe adressée au clergé. « Notre vie sera moins caractérisée par la fréquentation de l’église le dimanche que par la prière et le service quotidien.

« Si nous ne pouvons pas prier avec les gens, comme nous le faisons habituellement, nous pouvons en tout cas prier pour eux. Nous pouvons en outre offrir des soins et un soutien concrets. […] De nombreuse initiatives communautaires, très encourageantes, ont été mises en place dans tout le pays, pour venir en aide aux plus vulnérables ; nous vous encourageons à continuer de jouer votre rôle en prenant part à ces initiatives.

« Enfin, grâce à nos services et à notre amour, Jésus-Christ sera révélé, et l’espérance de l’Évangile – une espérance qui peut contrer la peur et l’isolement - se répandra à travers notre pays ».

De nombreuses autres Provinces anglicanes ont également suspendu les cérémonies de culte publiques en réponse aux demandes du gouvernement de limiter les interactions sociales pour prévenir la propagation du virus.

En Ouganda, l’archevêque Stephen Kaziimba, nouveau primat de la Communion anglicane, a déclaré : « Les gens m’ont demandé : ‘Si nous ne pouvons pas nous réunir à l’église pour le culte, le dimanche et en milieu de semaine, comment pourrons-nous témoigner de notre fidélité à l’église ?’ Oui, il sera difficile de ne pas se réunir le dimanche, mais souvenons-nous des paroles de Jésus : ‘Là où deux ou trois sont rassemblés pour mon nom, je suis au milieu d’eux’ ».

L’archevêque d’Asie du Sud-Est, Mgr Melter Tais, a déclaré : « Il n’y a pas lieu de paniquer. Au contraire, rapprochons-nous toujours plus de Dieu grâce à nos prières, et demandons l’intervention divine de Dieu – puisse-t-il nous protéger et guérir ceux qui sont infectés par le coronavirus ».

Le primat du Kenya, l’archevêque Jackson Ole Sapit, a déclaré que le Covid-19 frappait son pays à un moment où il était déjà dévasté par les criquets, et a appelé à une journée de prière dimanche dernier (22 mars). « Nous avons mis en place des mécanismes pour atténuer l’impact de la situation actuelle sur les cérémonies et les autres services essentiels de l’Église, tels que le culte du dimanche, les enterrements et les mariages », a-t-il déclaré.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le Covid-19 n’est pas répandu partout dans le monde. Néanmoins, mêmes dans les régions peu ou pas affectées, des précautions sont prises pour limiter sa propagation. Toutefois, les services religieux sont maintenus dans l’Église anglicane d’Aotearoa, Nouvelle-Zélande et Polynésie. L’évêque de Dunedin, le Dr Steven Benford, qui était médecin avant de devenir prêtre, s’est félicité des mesures prises par le ministère néo-zélandais de la Santé, et a d’ores et déjà prévenu qu’« il pourrait arriver un moment où les rencontres physiques ne seront plus possibles ».

Le primat de l’Église anglicane de Mélanésie (« ACOM »), l’archevêque Leonard Dawea, a salué les conseils du ministère de la Santé des Îles Salomon et a déclaré aux anglicans que « nous ne devons pas attendre qu’un cas d’infection au virus soit signalé pour commencer à adopter les gestes barrière ».

Il a demandé aux anglicans de « faire preuve de compréhension » dans le cas où des changements devaient être apportés aux cérémonies de culte et aux pratiques liturgiques, ajoutant : « Je voudrais une fois de plus lancer un appel à tous les membres de l’ACOM, à tous les chrétiens, et tous les amis du peuple chrétien, afin qu’ils soutiennent les efforts des autorités gouvernementales et d’autres intervenants en se conformant aux instructions et en suivant les messages de santé publique émis à ce jour. J’ai conscience que, en tant que chrétiens, nous avons la foi ; or, je nous demande à tous d’exprimer notre foi en assumant nos responsabilités et en travaillant de concert avec le gouvernement, non seulement pour notre santé personnelle, mais aussi pour celle de nos familles, de nos communautés, et des Îles Salomon, notre nation ».

Beaucoup de Provinces organisent des services religieux spéciaux diffusés sur les médias locaux et nationaux, ainsi qu’en ligne, en continu. L’Anglican Communion Office (le « Bureau de la Communion anglicane ») publiera sur son site Internet (anglicancommunion.org) les liens pour accéder à ces services. Afin de se conformer aux consignes du gouvernement britannique pour lutter contre le Covid-19, le personnel de l’Anglican Communion Office travaille désormais à domicile.