This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Le fils d’un évêque a été expulsé des États-Unis et renvoyé au Salvador, où il craint pour sa vie

Posted on: February 11, 2020 2:54 PM
La révérende Irma de Alvarado et l’évêque David Alvarado, de l’Église épiscopale anglicane du Salvador, montrent une photo de leur fils Josue Alvarado Guerra, qui a été renvoyé à El Salvador par les autorités américaines après le rejet d’une demande d’asile.
Photo Credit: Jose Cabezas / Reuters
Related Categories:

[Episcopal News Service, par Egan Millard] Le fils de l’évêque anglican du Salvador, qui s’est enfui aux États-Unis après avoir été enlevé et menacé dans son pays d’origine, a été expulsé des États-Unis, selon son père. Josue Alvarado Guerra, 34 ans, a été arrêté par les services américains de l’immigration et des douanes (ICE) après avoir crevé un pneu dans l’Ohio en novembre ; la police a alors découvert qu’il n’avait pas de documents d’immigration en règle. Alvarado Guerra a déposé une demande d’asile, mais elle a été rejetée et il a été renvoyé au Salvador le 28 janvier.

Mgr David Alvarado, du diocèse du Salvador, qui fait partie de l’Église anglicane d’Amérique centrale, a déclaré que son fils avait dû fuir le Salvador parce que sa vie était en danger. Il travaillait comme chauffeur de taxi à Colón, au nord-ouest de San Salvador, l’une des villes les plus dangereuses d’un pays ayant le taux d’homicides le plus élevé au monde. Alvarado Guerra a été « menacé, kidnappé et persécuté par l’un des plus grands gangs opérant dans le pays » et forcé de conduire ses tourmenteurs, selon son père.

Dans une lettre adressée à l’évêque de l’Ohio Mark Hollingsworth Jr et à d’autres personnes qui lui ont offert leur soutien, que son bureau a partagée avec Episcopal News Service (ENS), Mgr Alvarado a exprimé à la fois crainte, gratitude et bonheur à l’occasion du retour de son fils au Salvador. Il a ajouté que le danger pour la vie de son fils est si grand qu’il continue à essayer de prendre des dispositions pour qu’il vive dans un autre pays.

« Nous remercions le Dieu de la vie de nous avoir permis de recevoir Josue dans notre maison et de partager avec lui les expériences difficiles qu’il a vécues en détention », a écrit Mgr Alvarado. « Josue ne peut être en sécurité nulle part au Salvador, nous craignons pour sa vie. . . Nous voulons poursuivre nos efforts pour le faire sortir du pays le plus rapidement possible ».

Mgr Alvarado a déclaré que sa famille étudiait la possibilité de demander l’asile pour son fils au Canada et qu’il était en contact avec Charles Robertson, chanoine de l’Évêque président pour le ministère hors l’Église épiscopale aux États-Unis. Cependant, M. Robertson a déclaré à l’ENS qu’Alvarado Guerra doit faire face à une bataille difficile pour obtenir l’asile au Canada après avoir été refusé aux États-Unis.

Alvarado examine également la possibilité d’obtenir un visa de missionnaire pour son fils afin qu’il puisse effectuer des travaux de reconstruction aux Bahamas. Bien qu’il soit peut-être plus facile pour Alvarado Guerra de s’installer dans un autre pays d’Amérique centrale, « la situation d’insécurité est la même que celle de notre pays », a déclaré Mgr Alvarado.

« Nous savons qu’il existe une longue liste d’amis qui ont apporté un soutien spirituel et pastoral à notre fils », a écrit Alvarado. « Nous leur sommes pleinement reconnaissants pour tout ce qu’ils ont fait et nous vous prions de continuer à nous soutenir pour que [Josue] soit en lieu sûr ».