This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaire de l’Anglican Communion News Service – 29 novembre 2019

Posted on: November 29, 2019 11:41 AM
Related Categories:

Les anglicans d’Amérique latine appellent à une action commune pour lutter contre les injustices en matière de migration

Les représentants de cinq Provinces anglicanes qui se sont rencontrés ce mois-ci à Panama, ont souligné l’importance d’une solidarité entre les pays d’Amérique latine accueillant des migrants afin de lutter contre les injustices.

Cette réunion extraordinaire, organisée par l’Alliance anglicane et le Bureau des partenariats mondiaux de l’Église épiscopale basée aux États-Unis, a rassemblé des représentants du Pérou, du Salvador, du Mexique, de Colombie, du Venezuela et du Brésil pour discuter d’une réponse coordonnée à la détérioration de la situation migratoire dans l’hémisphère occidental.

« La réunion nous a permis de faire l’état des lieux des initiatives existantes, de recenser les lacunes en matière d’assistance et d’aide aux pays accueillant des migrants, et d’identifier les moyens d’étendre la collaboration entre les pays », a déclaré Jillian Abballe, responsable des activités de sensibilisation et chef du bureau de la Communion anglicane aux Nations Unies, qui a assisté à la réunion.

Les membres présents à la réunion, qui représentaient de nombreuses personnes et équipes de différentes confessions chrétiennes et organisations religieuses, ont souligné l’importance de la solidarité entre tous les pays apportant leur aide aux migrants et de la transformation de l’injustice qui pousse les populations à migrer.

« Il était essentiel pour eux de sentir qu’ils n’étaient pas seuls dans leur combat pour trouver les meilleurs moyens de venir en aide aux migrants dans leurs communautés et leurs églises », a déclaré Paulo Ueti, facilitateur de l’Alliance anglicane pour l’Amérique latine.

Les discussions ont notamment porté sur les raisons pour lesquelles la migration se produit de manière de plus en plus irrégulière et peu sûre, ainsi que sur les différentes raisons qui poussent les personnes à quitter leur foyer, telles que la violence, l’appauvrissement et la recherche d’un niveau de vie meilleur, le désir de rejoindre les membres de la famille ayant déjà migrés, les troubles civils et politiques, l’instabilité socio-économique ou encore l’impact des catastrophes naturelles liées au climat, telles que les inondations ou les tremblements de terre.

Les membres de la réunion ont identifié certains grands domaines de travail pour le renforcement de la collaboration : le plaidoyer et la sensibilisation, la recherche et la collecte d’informations sur le contexte de la migration, la communication et la mise en place de partenariats, le renforcement de programmes existants, et le partage des meilleures pratiques.

Un groupe de travail informel sera chargé de rassembler les travaux effectués par des membres du clergé et des dirigeants laïcs de la région travaillant activement à la recherche d’une réponse devant être apportée à la crise migratoire. Ils ont également noté la nécessité de développer une théologie de la mission et de la migration afin d’inspirer les futures activités d’éducation théologique et de renforcement des capacités en matière de leadership.

Lors de la réunion, qui a duré trois jours, les participants ont passé en revue la situation de cinq Provinces de la Communion en présence de représentants du diocèse du Pérou (Église anglicane du Cône sud de l’Amérique), des diocèses de Panama et du Salvador (Église anglicane de la Région centrale d’Amérique), du diocèse du nord du Mexique (Église anglicane du Mexique), des diocèses de Colombie et du Venezuela (Église épiscopale basée aux États-Unis) et du diocèse d’Amazonie (Église épiscopale anglicane du Brésil). Des représentants du bureau de la Communion anglicane aux Nations Unies, du bureau de l’Église épiscopale basée aux États-Unis chargé des relations avec le gouvernement, et de l’Agence Episcopal Relief & Development des États-Unis, étaient également présents.

 

Démission de l’archevêque de l’Église anglicane d’Australie

L'archevêque de Melbourne, Mgr Philip Freier, a annoncé sa décision de démissionner de sa fonction de primat de l'Église anglicane d'Australie en mars prochain, près de six ans après son intronisation. Le Dr Freier restera néanmoins archevêque de Melbourne, une fonction qu’il occupe depuis décembre 2006.

Selon l’annonce faite par le bureau du Primat le 25 novembre, le Dr Freier quittera ses fonctions le 31 mars 2020, avant l’expiration de son mandat, et ne cherchera pas à être réélu.

Le Dr Freier a écrit cette semaine à tous les évêques de l’Église anglicane d’Australie pour leur dire qu’il n’accepterait pas de mandat supplémentaire et qu’une démission en mars permettait à son successeur de se préparer pour le prochain synode général de l’Église, organisé à Maroochydore, dans le Queensland, l’année prochaine.

« J’espère que le préavis que je vous donne vous permettra d’assurer ma succession en douceur »,   a-t-il écrit aux évêques.

Le Dr Freier est le troisième archevêque de Melbourne à être primat. Son annonce intervient cinq jours seulement après la convocation d’une réunion des évêques de l’Église anglicane d’Australie pour discuter des problèmes urgents auxquels l’Église est confrontée.

« Nous avons senti que les membres de nos diocèses nous soutenaient dans la prière lorsque nous nous sommes rassemblés, à un moment où notre unité était sous pression », peut-on lire dans une déclaration publiée sur le site Internet de l’archevêque.

Le Dr Freier a été intronisé en tant que primat en la cathédrale Saint-Paul de Melbourne en août 2014, à l’occasion d’une visite de l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby.

Auparavant évêque du Territoire du Nord, le Dr Freier a été ordonné prêtre en 1984 et est devenu évêque du Territoire du Nord en 1999. Avant son ordination, Mgr Freier avait été enseignant à Thursday Island, Kowanyama et Yarrabah, puis conseiller pédagogique auprès du département de l’éducation aux autochtones du Ministère de l’éducation de Queensland. Dans le cadre de son ministère, Mgr Freier a œuvré auprès de personnes appartenant à des contextes très variés, à la fois formels et informels, notamment en termes de mélange de cultures.

 

L’isolement des malades atteints du sida mis en lumière dans un concours de photos sur la mission

La photo poignante d’une jeune mère sud-africaine luttant pour faire face à la stigmatisation de la vie avec le VIH a remporté le concours de photos sur la mission organisé par la Church Mission Society (« CMS »).

Prise par Rebekka Stredwick, la photo, intitulée « Breaking the Silence » (« Briser le silence »), représente une jeune femme cachée derrière un rideau, stigmatisée et ostracisée à la suite de son diagnostic mais libérée par la possibilité de raconter son histoire à Rebekka et à l’équipe du Hillcrest AIDS Centre Trust.

« La stigmatisation des malades atteints du VIH/Sida est encore très forte dans le monde (tant dans les pays développés que dans les pays en développement), et conduit souvent les personnes vivant avec cette maladie à se sentir isolées, jugées et seules. Cela constitue également un obstacle à l’accès aux services de prévention, de dépistage et de traitement du VIH, mettant ainsi des vies en danger », a déclaré Rebekka à l’occasion de la journée mondiale du sida, le 1er décembre.

Le concours de photos, intitulé « This is Mission » (« C’est cela la Mission »), a été lancé dans le cadre de la campagne « Mission Is » (« La Mission c’est… ») organisée par la CMS sur une période de deux ans et dont l’objectif est d’aider les gens à prendre la mesure de l’ampleur et de la profondeur de la mission de Dieu à travers le monde, et de faire en sorte qu’ils s’impliquent davantage.

La CMS a reçu plus de 50 photos dans le cadre du concours, sur des thèmes aussi variés que « La Mission… c’est la mode éthique », « La Mission c’est… la glace », ou encore « La Mission c’est… le désordre ».

Les gens peuvent continuer à partager leurs points de vue sur la page Instagram de l’initiative @mission_is avec le hashtag #mission_is.