This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaire de l’Anglican Communion News Service – 22 novembre 2019

Posted on: November 22, 2019 12:44 PM
Related Categories:

Appel au soutien de toute la Communion envers les droits des peuples autochtones

Lors d’un récent rassemblement à Hawaii, le Réseau des autochtones anglicans (AIN) a appelé à ce que la voix des autochtones anglicans soit davantage prise en compte dans les travaux du Conseil consultatif anglican et de ses organisations partenaires.

Dix représentants des Pīhopatanga o Aotearoa (diocèses maoris) ont participé, avec des anglicans d’Australie, des États-Unis et du Canada, à un programme d’une semaine en l’église épiscopale de l’Épiphanie de Kaimuki, présidé par l’évêque de Tai Tokerau, Te Kitohi Pikaahu.

À la fin de la semaine, chaque délégation autochtone de l’AIN avait partagé les témoignages de lutte et d’espoir de son ministère avec les autres communautés autochtones, rassemblées autour de leur expérience commune de la colonisation.

Dans un communiqué, le réseau a déclaré : « Mus par la puissance d’amour, de renouveau, de paix, de réconciliation et de restauration de l’Évangile, nous nous soutenons mutuellement dans le cadre de notre défi commun en tant que peuples minoritaires confrontés aux réalités quotidiennes uniques de l’impact continu du colonialisme ... dans l’Église que nous aimons et dans le monde que nous sommes appelés à régir ».

Tout au long de la semaine, des représentants ont fait part de la façon dont les peuples autochtones anglicans continuent de vivre et d’exercer leur ministère malgré les dommages causés aux communautés par la colonisation, passée et présente, et les effets qu’elle a au quotidien. L’un des thèmes récurrents était la nécessité de permettre aux communautés autochtones de prendre en main leur développement, afin qu’elles puissent favoriser le bien-être de leurs familles par le biais de modes culturels autochtones, notamment dans les domaines de l’éducation, de la justice et de la santé.

Dans son défi adressé à l’ensemble de la Communion anglicane pour une plus grande voix des autochtones anglicans, l’AIN appelait notamment à des contacts plus réguliers avec le Bureau de la Communion anglicane, notamment en assistant aux réunions de l’AIN.

Le représentant permanent de la Communion anglicane auprès des Nations Unies, Jack Palmer-White, qui a assisté à la réunion, s’est félicité de l’occasion qui lui était offerte de mieux comprendre les difficultés et les opportunités propres aux communautés anglicanes autochtones. « Il existe de nombreux domaines dans lesquels la sagesse et l’expérience des communautés autochtones peuvent aider tous les membres de la Communion à réfléchir à la façon dont nous vivons la mission de l’Église de manière holistique », a-t-il déclaré.

Les chefs des églises anglicanes d’Angleterre, d’Écosse et du pays de Galles appellent à ‘la vérité et au respect’ dans la perspective des élections générales

Les représentants anglicans d’Angleterre, d’Écosse et du pays de Galles ont lancé des appels aux électeurs et aux politiciens lors de la campagne pour les élections générales au Royaume-Uni prévues le 12 décembre prochain.

Dans une lettre pastorale adressée aux églises cette semaine, les archevêques de Cantorbéry et de York ont encouragé la population à « se battre pour la vérité et à contester les mensonges ». « Nous appelons tous les candidats aux élections à ne pas utiliser les préjugés et à ne pas attiser la stigmatisation ou la haine à l’égard de certaines personnes en raison de leur religion, de leur culture, de leur origine, de leur identité ou de leurs convictions », ont-ils déclaré.

Le primat de l’Église au pays de Galles, l’archevêque John Davies, a également publié une déclaration dans laquelle il rappelle que le pays de Galles fait face à de nombreux manques et difficultés, et appelle les politiciens à accorder suffisamment de temps, d’attention et de débat à l’amélioration de la vie des personnes souffrant d’un désespoir croissant.

S’exprimant au nom du Collège des évêques de l’Église épiscopale écossaise, Mgr Mark Strange, évêque et Primus de l’Église épiscopale d’Écosse, a déclaré : « Les problèmes et les défis auxquels le Royaume-Uni est actuellement confronté doivent être traités de manière ouverte, en toute honnêteté et dans l’esprit de respect et de grâce ».

Dans leur lettre pastorale à l’Église anglicane, les archevêques Justin Welby et John Sentamu ont encouragé les gens à jouer leur rôle dans le processus politique, mais surtout à « laisser nos chambres d’écho » écouter ceux qui ont des points de vue différents.

La lettre, que les archevêques espèrent voir partagée dans les églises locales au cours de la campagne, appelle les gens à s’engager de manière responsable sur les réseaux sociaux et à défendre les valeurs chrétiennes de vérité, d’humilité et d’amour.

« En tant que disciples de Jésus-Christ, chacun de nous est appelé à honorer le don de la vérité, à la dire et à la rechercher. Nous avons tous la responsabilité de parler avec précision, de défier les mensonges lorsque nous les entendons, et de faire attention à séparer les faits de l’opinion », ont-ils écrit.

Ils ont également encouragé l’humilité et l’amour dans la communication avec ceux qui ont des opinions politiques différentes. « Nous prierons pour des débats qui cherchent à unir plutôt qu’à diviser, à nous rassembler et à reconstruire la confiance les uns envers les autres, dans nos institutions et dans notre politique », ont-ils conclu.

Un évêque pakistanais continue de s’opposer à la prise de contrôle d’une université anglicane par le gouvernement

La bataille pour le contrôle d’une université anglicane au Pakistan se poursuit ce mois-ci, après que le gouvernement pakistanais a pris de nouvelles mesures juridiques pour mettre en œuvre la nationalisation de ses écoles et de ses universités.

Le primat de l’Église du Pakistan et évêque de Peshawar, Humphrey Peters, a déclaré que l’action en justice intentée le mois dernier par le gouverneur de Peshawar contre l’université Edwardes avait annulé les décisions antérieures préservant son indépendance et son contrôle diocésain.

« L’action en justice intentée par le gouvernement de notre Province pour faire appel de l’ordonnance de 2016 de la Haute Cour indique clairement qu’il ne veut pas que l’université soit dirigée par l’Église, outre que cela constitue également une violation de la Constitution pakistanaise », a déclaré Mgr Peters, qui s’est prononcé contre la nouvelle décision du tribunal rendue le mois dernier en faveur du gouvernement provincial et des enseignants de l’université, affirmant que l’université était un établissement d’enseignement nationalisé. En effet, le tribunal a rejeté la demande de l’évêque pour maintenir le statut privé de l’université, lequel statut privé avait été confirmé par un jugement rendu en 2016, et empêcher le gouvernement de s’immiscer dans ses affaires.

Lors d’une conférence de presse tenue la semaine dernière, l’évêque a demandé au gouvernement de rendre la direction de l’université aux Chrétiens avant Noël, menaçant de lancer un mouvement de protestation national et international dans le cas où le gouvernement n’accéderait pas à sa demande.

« Si l’université n’est pas rendue aux Chrétiens », a-t-il déclaré, « nous entamerons un mouvement contre le gouvernement en organisant des manifestations et des grèves de la faim dans tout le pays, et n’hésiterons pas à marcher sur Islamabad s’il le faut », a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement devait respecter la protection accordée par la Constitution du Pakistan à la communauté chrétienne.

« Nous nous sommes toujours battus pour préserver l’identité anglicane de l’Université », a-t-il déclaré. « Nous tentons simplement de préserver et de maintenir l’identité de l’Église au Pakistan dans ces situations difficiles ».