This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaire de l’Anglican Communion News Service – 14 octobre 2019

Posted on: October 14, 2019 4:05 PM
Related Categories:

Mgr Welby exprime sa vision de la Communion anglicane

Dans une allocation prononcée la semaine dernière dans le cadre de la réunion triennale de l’Assemblée plénière du Conseil de l’Église en Asie de l’Est, à Kota Kinabalu (à Sabah, sur l’île de Bornéo), l’archevêque de Cantorbéry a présenté sa vision percutante du ministère de la Communion anglicane devant le clergé et les membres laïcs des provinces anglicanes de l’Asie de l’Est. Mgr Welby a notamment évoqué le potentiel et la capacité de la Communion anglicane à œuvrer pour la transformation du monde.

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article traduit en français.

 

Les dirigeants de l’Église épiscopale basée aux États-Unis condamnent les mesures visant à « démanteler encore davantage » le programme de réinstallation des réfugiés

L’Église épiscopale basée aux États-Unis a condamné la décision de l’administration Trump, annoncée la semaine dernière, de réduire encore davantage le nombre de réfugiés concernés par le programme de réinstallation américain à un minimum historique de seulement 18 000 personnes – une initiative qui risque fort de mettre à mal la politique américaine qui, depuis plusieurs dizaines d’années, permet à Episcopal Migration Ministries et d’autres organisations, d’accueillir les personnes dans le besoin venues du monde entier.

« Il y a des millions de personnes déplacées dans le monde. […] Les États-Unis ont l’obligation solennelle de contribuer à résoudre ce problème en faisant preuve de générosité envers les réfugiés. La sécurité et la compassion ne sont pas deux notions incompatibles », a souligné, le 27 septembre dernier, Charles Robertson, chanoine de l’évêque président pour le ministère hors Église épiscopale, dans le cadre d’une déclaration au nom de l’Église épiscopale sur la question, rappelant le commandement de Jésus « d’accueillir l’étranger » et l’engagement baptismal des épiscopaliens de « respecter la dignité de chaque être humain ».

Réduire le nombre réfugiés pouvant bénéficier du programme – alors que ce nombre était de 30 000, soit presque le double, au cours de l’exercice en cours, ce qui était déjà bien en-deçà de la moyenne de 95 000 qui prévalait depuis les 40 ans d’existence du programme – revient à « démanteler encore davantage le programme de réinstallation des réfugiés » a déclaré l’Église. « Ceux qui fuient la persécution doivent attirer tout particulièrement notre attention et notre intérêt car ils ne font que rechercher à vivre dans la dignité et la paix en se rebellant contre l’oppression ».

 

La triste nouvelle de la démission anticipée d’un évêque sud-africain

La démission inattendue d’un évêque sud-africain a été attribuée à des pressions financières, selon l’archevêque du Cap et primat d’Afrique du Sud, Thabo Makgoba. Dans une lettre pastorale au sujet de la retraite anticipée de l’évêque de Natal, Dino Gabriel, l’archevêque Makgoba a déclaré que cette démission avait été « précipitée par les conséquences des pressions exercées sur les finances du diocèse ».

« Ces pressions ne comportent pas de malversations financières, mais sont le résultat d’un objectif de croissance ambitieux qui n’a pu être maintenu », a-t-il ajouté.

Mgr Gabriel, qui a présenté sa démission lors d’un synode des évêques en septembre dernier, avait été nommé à en 2015 et devait prendre sa retraite en septembre 2020.

« La démission de Mgr Gabriel ne fait qu’anticiper ce qui était inévitable puisqu’il devait prendre sa retraite prochainement », a déclaré l’archevêque Makgoba. « Il n’en reste pas moins que je suis très attristé par cette décision et ses implications pour le diocèse ».

Après 39 ans de ministère, Mgr Gabriel a déclaré que, dans l’ensemble, ses quatre années à la tête du diocèse de Natal étaient une période heureuse de sa vie et que son objectif principal était de faire avancer le travail de son organisation. Des médias sud-africains ont toutefois rapporté qu’il avait été chassé par des dirigeants hostiles au sein de son diocèse.

L’évêque Gabriel, originaire d’Italie, s’est installé en Afrique du Sud en tant que prêtre catholique romain en 1987, avant de rejoindre l’Église anglicane en 1992 dans le diocèse de Highveld. Il a été élu évêque de Zululand en 2005, où il exerça son ministère jusqu’à devenir évêque de Natal en novembre 2015.

À la suite de l’annonce de sa démission lors du Synode des évêques, Mgr Makgoba a déclaré qu’il restait confiant quant à l’avenir du diocèse, dont les membres ont, selon lui, la capacité de se rassembler et de surmonter leurs différences.

« Le Synode des évêques prie sincèrement et désire avant tout que vous trouviez la voie de Dieu et que vous parveniez à vous entendre les uns avec les autres en continuant à faire de votre mieux pour résoudre les difficultés auxquelles vous faites face au sein de votre famille diocésaine », a-t-il ajouté.

Un plan détaillé de supervision pastorale pour le diocèse sera élaboré afin de garantir que le ministère pastoral, liturgique et administratif soit exercé dans l’amour et avec soin.

 

L’ancienne représentante de la Communion anglicane auprès des Nations Unies devient la conseillère de l’archevêque de Cantorbéry pour la réconciliation

Les représentants du Lambeth Palace ont annoncé que la chanoinesse Flora Winfield, qui travaillait auparavant en tant que représentante de la Communion anglicane auprès du siège des Nations Unies à Genève, s’apprête à prendre la fonction de conseillère de Mgr Welby afin de le guider dans son travail de réconciliation, qui est l’une des principales prérogatives de l’archevêque de Cantorbéry. Outre son poste aux Nations Unies, la chanoinesse Flora Winfield a déjà travaillé avec l’archevêque Welby – elle a en effet été sa représentante spéciale auprès du Commonwealth des Nations, un poste créé pour préparer la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) qui a eu lieu à Londres, l’année dernière.

Se félicitant de cette nomination, Mgr Welby a déclaré : « Je suis ravi que Flora apporte ses compétences et son expérience étendues dans ce rôle clé. Elle a servi l’Église d’Angleterre et la Communion anglicane avec sagesse, dévouement et créativité pendant de nombreuses années. C’est une merveilleuse nouvelle qu’elle dirige le ministère de la réconciliation ici au Lambeth Palace ».

« La réconciliation n’est pas une option pour les chrétiens – c’est le cœur même de l’Évangile et la voie de Jésus-Christ. Dans le monde d’aujourd’hui, il est essentiel de trouver des moyens de contester de manière créative et constructive si nous voulons relever les défis du changement climatique et de la division politique, des conflits armés et des inégalités mondiales », a-t-il poursuivi.

« Dans le difficile contexte mondial actuel, nous pouvons réellement faire la différence. En collaborant avec d’autres Églises et confessions, et grâce à notre portée exceptionnelle dans chaque communauté, nous sommes appelés à vivre l’amour réconciliant du Christ, en rapprochant le mondial et le local.

Cette tâche de réconciliation consiste également à reconnaître l’interdépendance des difficultés auxquelles nous sommes tous confrontés, et à donner à l’église locale les moyens de réagir avec confiance et espoir. Je suis à la fois honorée et impatiente de servir en tant que conseillère de l’archevêque pour la réconciliation ».