This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – 13 septembre 2019

Posted on: September 13, 2019 11:00 AM
Related Categories:

L’archevêque de Cantorbéry s’agenouille sur le site de l’explosion dans une église sri-lankaise

Dans le cadre d’une visite de trois jours, à la fin du mois d’août, l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, s’est agenouillé respectueusement à l’endroit où un kamikaze s’est fait exploser dans l’église Saint-Sébastien de Negombo.

Afin de démontrer sa solidarité avec le peuple sri-lankais à la suite des attentats du Jour de Pâques, Mgr Welby s’est rendu dans la ville balnéaire de Negombo, où plus de 100 personnes sont morts le 21 avril 2019. Au total, 263 personnes ont trouvé la mort dans les attentats commis le même jour par sept kamikazes dans trois églises et trois hôtels de luxe.

« Lorsque je vois cette statue, cette image du Christ couvert du sang des martyrs, je reçois ton courage, ta foi et ton amour. Je vois le véritable Christ. Pas le Christ distant et immaculé, mais celui tâché de son sang et de notre sang », a déclaré Mgr Welby en s’agenouillant dans de la zone dans laquelle les explosifs ont été déclenchés pendant la messe de Pâques et montrant une statue de Christ ressuscité éclaboussée de sang, conservée dans un enclos en verre.

Dans son message à l’église, il a cité un sermon prononcé par le prédicateur personnel du pape François et livré à la reine Elizabeth il y a quelques années. « Quand ils viennent nous tuer, se demandent-ils si nous sommes anglicans, pentecôtistes, presbytériens ou catholiques ? Non ; ils se demandent seulement si nous sommes chrétiens… Aussi, lorsque le matin de Pâques, nous avons entendu parler des terribles événements survenus dans cette église, ainsi qu’à d’autres endroits du Sri Lanka, nous avons su que nos frères et sœurs avaient été tués et blessés. Nous avons alors gardé le silence et prié pour vous », a-t-il déclaré devant la congrégation.

Justin Welby a également remercié les chrétiens du Sri Lanka d’avoir fait preuve de retenue après les attentats. « Alors que je suis devant vous aujourd’hui, je peine à trouver les mots. Tout ce que je trouve à dire, c’est de remercier les chrétiens du Sri Lanka. Nous savons que le Christ qui, sur la croix, a dit : ‘Père, pardonne-leur’, connaît notre colère, votre douleur, et votre chagrin. Et nous savons que, par sa résurrection, cette colère, ce chagrin et cette souffrance seront transformés dans la pureté de l’espoir », a-t-il conclu.

 « Nous devons tirer les leçons du passé », déclare l’archevêque de Cantorbéry sur le lieu du massacre indien

« Il est essentiel de tirer les leçons du passé pour éviter de nouvelles atrocités telles que le massacre d’Amritsar », a déclaré l’archevêque de Cantorbéry à la suite de sa visite sur le site du mémorial dans la ville d’Amritsar, en Inde, cette semaine.

Au cours de ces dix derniers jours, Mgr Justin Welby a répondu à l’invitation des Églises du Nord et du Sud de l’Inde et s’est rendu sur plusieurs sites importants en Inde.

Il a été photographié prostré devant le mémorial commémorant le centenaire de la tragédie, durant laquelle des milliers d’Indiens non armés, appartenant à de nombreuses confessions différentes, ont été abattus par les troupes britanniques en 1919.

« En venant ici, l’on ressent un profond sentiment de honte devant ce qui s’est passé. Cette tragédie fait partie des nombreux évènements qui entachent l’histoire britannique. La douleur et le chagrin qui ont transcendé les générations depuis ne doivent jamais être ni oubliés ni niés… Nous avons la grande responsabilité de ne pas seulement déplorer cet horrible massacre, mais surtout d’en tirer les leçons d’une manière qui modifie nos actions… Il est important de connaître le passé afin d’éviter qu’il ne se reproduise », a-t-il déclaré.

La visite du site du massacre d’Amritsar a eu lieu vers la fin de son voyage, qui a débuté au Kerala, où il a prié avec des chrétiens de l’Église de l’Inde du Sud.

L’archevêque, qui a été rejoint par son épouse Caroline Welby lors de sa visite, a déclaré que le but de sa visite était la prière, le pèlerinage et la sollicitude pastorale, et qu’il était venu en tant que chef religieux pour prier avec les chrétiens, en apprendre davantage sur le christianisme en Inde, et partager leurs expériences.

Avant de quitter l’île Maurice, l’étreinte papale du nouveau directeur du centre anglican de Rome

La visite du pape François sur l’île Maurice lundi dernier a apporté énergie et confiance aux chrétiens du pays, selon l’évêque de Maurice, Ian Earnest, qui part ce mois-ci pour prendre ses nouvelles fonctions de directeur du Centre anglican à Rome.

L’ancien primat de l’église anglicane de la Province de l’océan Indien, l’archevêque Ian Ernest, a assisté à la messe célébrée au monument commémoratif Marie-Reine de la paix, présidée par le pape au cours de sa visite d’une journée sur l’île. L’archevêque a déclaré que le moment choisi pour la visite du pape, quelques semaines avant qu’il n’endosse ses nouvelles fonctions à Rome, lui avait fait réfléchir à la manière dont Dieu agit. « Ce fut une excellente occasion de le rencontrer, de prendre part à cette célébration eucharistique à laquelle il a présidé devant 100 000 personnes et les autorités du pays ».

« En tant qu’Anglicans, nous priions pour que la visite du pape ait un impact sur notre peuple et lui fasse voir et découvrir les valeurs du royaume de Dieu. Nous nous préparions pour cela et nous n’avons pas été déçus », a déclaré Mgr Ernest.

Il a également déclaré que le pape François avait témoigné de son engagement à réduire la pauvreté et l’injustice et à encourager les gens à prendre soin de la création de Dieu. Lors d’une réunion privée au palais présidentiel, il a également exhorté les dirigeants et les représentants du pays à lutter contre la misère sociale, et à résister à la tentation de la corruption.

La visite était également une confirmation très personnelle du nouveau rôle de l’archevêque, appelé par le pape à partager la paix lors de l’eucharistie.

« Lorsque nous avons partagé la paix, il m’a étreint. Voir ainsi un évêque anglican être pris dans les bras du pape devait certainement être une image très étonnante – quel message pour le monde ! ».

Après sa rencontre avec le pape, Mgr Ernest a ensuite déclaré qu’« il savait que je venais à Rome, et cette réunion, cette visite, ont été une bonne occasion pour nous de jeter les fondations de notre relation lorsque j’occuperai mes nouvelles fonctions à Rome ».

Symbole de son engagement à préserver la création de Dieu, le pape a également arrosé plusieurs petits arbres devant être plantés aux quatre coins de l’île dans le cadre d’une opération de reforestation qui a vu quelque 200 000 arbres plantés sur l’île Maurice avant la visite du pape.