This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – 15 août 2019

Posted on: August 15, 2019 3:07 PM
Related Categories:

Hommage à la pionnière du « Service-learning » de la Communion anglicane

De nombreux hommages ont été rendus à la Dr. Linda Chisolm, fondatrice et ancienne secrétaire générale de l’un des réseaux officiels de la Communion anglicane, « Écoles supérieures et Universités de la Communion anglicane » (en anglais, Colleges & Universities of the Anglican Communion, ou « CUAC »), récemment décédée.

Dr Chisholm, ancienne présidente de l’Association des collèges épiscopaux, a été une pionnière du Service-learning (l’« apprentissage par le service ») qui prône l’apprentissage par le biais de services rendus à la communauté, et a cofondé l’organisation International Partnership for Service-Learning and Leadership, dont elle est ensuite devenue présidente. Sa passion pour le Service-learning a permis de rapprocher les études universitaires et les volontariats à l’étranger dans le cadre de l’enseignement supérieur.

En mars, elle fut la troisième personne, et la première au sein de l’Église épiscopale, à recevoir la Distinguished Fellowship de la CUAC, un prix honorifique décerné aux « personnes qui offrent des services exceptionnels et actifs à l’enseignement supérieur anglican dans le monde ». L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a également exprimé par écrit sa gratitude envers le Dr. Chisholm pour ses contributions à la Communion anglicane.

« Sans sa vision, son énergie, sa persévérance, et son habileté, le CUAC n’aurait certainement jamais existé », a déclaré l’ancien évêque de Newcastle, Mgr Martin Wharton, directeur depuis de nombreuses années du CUAC.

Le chanoine James Callaway, actuel secrétaire général du CUAC, a lui aussi rendu hommage à Linda Chisholm. « Au cours des 35 années où je l’ai connue, Linda a été l’interlocutrice la plus sincère et la plus à l’écoute que j’ai connue. En tant que secrétaire générale, j’ai été très heureux de suivre ses traces, sachant que je pouvais compter sur ses conseils et son amitié. Chaque jour, elle se levait avec la volonté d’apprendre et de contribuer. Elle a toujours placé la barre haute pour elle-même et pour les autres, et laisse à tous ceux qui l’ont connue un magnifique héritage à suivre », a-t-il déclaré.

Linda est devenue directrice générale de l’Association des collèges épiscopaux (ACE). Au cours de ses 16 années de mandat, elle a fondé et est devenue la première secrétaire générale de la CUAC, réseau mondial d’épanouissement mutuel dans le cadre de l’enseignement supérieur au sein de la Communion anglicane.

Dans l’un de ses livres sur le Service-learning, Charting a Hero’s Journey («Tracer le chemin d’un héros »), elle enseignait aux étudiants l’art d’écrire un journal tout en étudiant et en servant à l’étranger.

Dr. Chisholm, qui était la femme du Révérend Alan Chisolm, a succombé à un lymphome le 24 juillet dernier. Elle a rendu son dernier souffle chez elle, à Nyack, entourée des siens. Les funérailles auront lieu à l’église Grace de Nyack, à New York, le lundi 12 août.

Les Églises sont invitées à participer à la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création

Les Green Anglicans (Mouvement des anglicans écologiques) exhortent les églises à se joindre à la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création qui aura lieu le dimanche 1er  septembre. Cette journée marque le début d’une célébration annuelle de prière et d’action pour la préservation de la création intitulée « Saison de la création ».

La saison, qui débutera le 1er  septembre et se poursuivra jusqu’à la fête de saint François, le 4 octobre, devrait être célébrée par des dizaines de milliers de chrétiens dans le monde. Les volontaires organisent toute une série d’événements et d’activités au sein de leur propre communauté, allant de services de prière au nettoyage des déchets, en passant par des actions de sensibilisation.

« La date de début tombant un dimanche, cela est une merveilleuse occasion de célébrer la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création. Les documents de cette année suivent les lectures du lectionnaire et de nombreuses ressources peuvent être téléchargées », a déclaré la chanoinesse Rachel Mash, coordinatrice environnementale de l’Église anglicane de la Province d’Afrique du Sud.

Le thème de cette année est « Le réseau de la vie » et les ressources, disponibles dès maintenant sur le site Internet de la Communion anglicane, sont conçues pour aider les églises à réfléchir à la destruction du réseau de la vie et à prier pour ceux qui souffrent le plus de cette perte.

Parallèlement à toute une série d’événements énumérés sur le site Internet de la Saison de la Création, une action mondiale sera organisée au cours du mois, à laquelle les églises, et tous ceux qui le souhaitent, sont invité(e)s à se joindre.

Appel aux candidatures de femmes investies dans la défenses des droits des femmes pour assister à une manifestation des Nations Unies en 2020

Un appel à candidatures à été lancé au sein de la Communion anglicane pour trouver des femmes souhaitant participer à la 64ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies (CSW) qui se tiendra à New York en mars de l’année prochaine.

« Je suis ravi d’annoncer que cette année, une délégation de huit femmes a participé à deux semaines fructueuses de plaidoyer, de camaraderie et d’apprentissage à la CSW. Notre équipe de l’ONU a déjà reçu des retours positifs sur le travail entrepris dans ses Provinces à la suite de son séjour à New York », a déclaré le Dr. Josiah Idowu-Fearon, secrétaire général de la Communion anglicane.

Chaque année, la réunion annuelle de la CSW attire 9 000 femmes et hommes de toutes les régions du monde au siège de l’ONU à New York, avec des délégués représentant et défendant environ 3,7 milliards de femmes et de filles dans le monde.

Rachael Fraser, qui travaille dans l’administration et la recherche pour les équipes « Mission et justice de genre pour les femmes » de la Communion anglicane auprès des Nations Unies, faisait partie de la délégation de la Communion anglicane cette année. « C’est un événement très important, car les églises sont au cœur des communautés et ont le pouvoir de faire changer les choses, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de leurs murs. Ce fut pour moi un grand honneur que d’être invitée à participer. Je me souviendrai particulièrement de l’esprit de camaraderie qui a régné entre toutes les déléguées, ainsi que de la diversités des femmes présentes témoignant d’expériences très différentes », a-t-elle déclaré.

L’une des déléguées de cette année, Tomie Kaneko, du Japon, a parlé avec des groupes de femmes dans de nombreuses églises sur le CSW et les objectifs de développement durable. Une autre déléguée, venue du Canada, a quant à elle tenu à intégrer les voix des femmes autochtones dans les débats traditionnels sur l’égalité des sexes et les droits des femmes.

« Je pense que ces résultats illustrent vraiment l’approche que nous avons eue envers le CSW cette année : créer des opportunités de camaraderie, d’apprentissage et de plaidoyer qui suscitent ou réveillent la préoccupation de nos délégués sur ces questions et qui a un effet à long terme au sein de la Communion grâce à des témoignages et des engagements forts », a déclaré Jillian Abballe, responsable du plaidoyer au bureau de l’ONU de la Communion anglicane.

La Communion anglicane recherche des femmes ayant un intérêt pour l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des filles, et le leadership féminin, ainsi qu’une volonté d’élaborer un plan de sensibilisation personnel.

Ley-Anne Forsyth était l’une des nouvelles déléguées de cette année. Elle travaille avec des locataires vulnérables à la création d’une association caritative promouvant le logement social, et milite pour la justice sociale dans le diocèse de Moray, de Ross et de Caithness au sein de l’Église épiscopale écossaise. « Peu importe que vous parliez des hauts plateaux ruraux d’Écosse ou de la situation mondiale aux Nations Unies, il s’agit dans tous les cas de sensibiliser à la question de l’égalité des sexes et de la justice de genre, et de partager nos témoignages dans des lieux où nous avons de l’influence », a-t-elle déclaré.