This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – vendredi 14 juin 2019

Posted on: June 14, 2019 1:16 PM
Related Categories:

Les Nations Unies entendent parler du rôle actif des Églises de la Communion anglicane dans la lutte contre le changement climatique

Le rôle vital de l’Église et des communautés religieuses dans la lutte contre le changement climatique a été mis en lumière lors d’une discussion télévisée diffusée en direct du siège des Nations Unies à New York le 6 juin dernier. Mme Jillian Abballe, responsable des activités de sensibilisation et cheffe du bureau de la Communion anglicane à New York, était parmi les six participants à la discussion en direct à la télévision de l'ONU sur le thème « Focus on Faith: Planting and Nurturing the Seed of Climate Responsibility » (« Zoom sur la foi: planter et faire grandir la graine de la responsabilité climatique ») dont l'objectif était d'analyser le rôle des communautés religieuses dans la sensibilisation et la promotion de la responsabilité climatique.

Afin de souligner au rôle crucial que jouent les organisations, les traditions, et les communautés religieuses face aux menaces du changement climatique, Mme Abballe a témoigné de l’impact des membres de la Communion anglicane de par leur influence, leur gestion responsable de la Terre, et à leur modélisation de la responsabilité envers l’environnement.

Mme Abballe a déclaré que la Communion anglicane parlait de l’environnement et de la compréhension du monde à travers une théologie holistique qui réconcilie les gens, la planète et la prospérité. « Nous travaillons pour amener les voix et l’expertise anglicanes sur la scène mondiale, pour construire des relations solides avec l’ONU et d’autres partenaires afin que le travail de base de nos paroisses et diocèses soit plus efficace », a-t-elle déclaré.

Et de continuer : « Les engagements que nous prenons en tant que communautés et réseaux internationaux sont une déclaration adressée au monde entier, et redessinent la conception que nous avons de notre mission et la manière dont nous répondons à de telles crises. Par exemple, lors de la récente 17ème session du Conseil consultatif anglican, une résolution a été adoptée qui reconnaissait l’ampleur de l’urgence climatique mondiale et encourageait toutes les églises anglicanes à vivre ce que l’on appelle la cinquième Marque de la Mission : « Œuvrer pour la sauvegarde de l’intégrité de la création et soutenir et renouveler la vie de la terre ».

 

L’archevêque du Brésil met en avant les notions de justice et de paix dans le cadre de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

A l’occasion de la célébration par les chrétiens de l’hémisphère Sud de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens dans les jours qui ont précédé la Pentecôte, le primat de l’Église épiscopale anglicane du Brésil, Naudal Gomes, a souligné l’importance de lutter en faveur de la justice et d’instaurer un dialogue pacifique. Dans une lettre ouverte, l’évêque de Curutiba, Naudal Gomes, a écrit : « Il est impossible d’être chrétien sans être ouvert au dialogue, au partenariat, et à la marche commune ».

Il a également déclaré que le chemin du dialogue, de l’hospitalité et du respect des différentes traditions et religions renforçait la foi et l’identité. Cette année, les chrétiens d’Indonésie ont choisi le thème «Justice et paix s’embrassent : chemin d’unité », inspiré par le Deutéronome 16: 18-20.

« Je crois que nos frères et sœurs qui nous inspirent avec ce texte souhaitent que, dans notre contexte social, politique et religieux, nous réfléchissions à ce que nous devons faire en tant que personnes de foi. Notre réalité n’est pas très différente de la leur. La corruption a atteint des taux alarmants à différents niveaux de plusieurs institutions sociales, ce qui a semé le discrédit et le découragement, au point que les gens ne croient plus en ces institutions », a déclaré Mgr Naudal Gomes.

Et d’ajouter : « Mon souhait et ma prière est que la Semaine de l’unité des chrétiens nous réunisse pour une prière commune, tout en renforçant notre attitude et notre parole de prophétie, de proclamation et de dénonciation, et nous encourageant à vivre l’amour fraternel et la solidarité de la justice du Royaume ».

 

Un prêtre sud-africain discutera de la guérison des souvenirs avec le pape François

Le prêtre anglican sud-africain et militant pour la justice sociale, Michael Lapsley, rencontrera en privé le pape François le samedi 15 juin, espérant recevoir le soutien du Saint Père pour son travail international dans la guérison des souvenirs.

Le père Michael Lapsley, qui a perdu ses deux mains et l’un de ses yeux après avoir reçu une lettre piégée alors qu’il vivait en exil d’Afrique du Sud, a consacré sa vie à la paix et à la justice. Il a décrit la visite prochaine du Pape comme « un rêve devenu réalité ». « C’est un immense privilège d’avoir l’occasion d’un tel face à face avec sa Sainteté le pape », a-t-il déclaré.

Michael pense que cette rencontre sera particulièrement importante pour faire avancer le ministère de la guérison des souvenirs qu’il dirige. « Je pense que la guérison des souvenirs est quelque chose dont le temps est venu dans la famille humaine. L’ouverture du pape François à rencontrer quelqu’un pour parler de la guérison des souvenirs, d’autant plus qu’il est un géant de la compassion et de la moralité dans le monde et qu’il comprend toujours l’importance de la miséricorde et de la compassion, est particulièrement significatif » a-t-il ajouté.

Michael a fondé l’Institut pour la guérison des souvenirs (Institute for the Healing of Memories), une ONG de guérison sociale en Afrique du Sud et aux États-Unis. Le ministère comprend des ateliers où les gens peuvent comprendre comment le passé les a affectés individuellement, psychologiquement, émotionnellement et spirituellement. Il accueille des personnes du monde entier et est également actif dans plusieurs pays, dont le Sri Lanka, le Myanmar, le Burundi et le Rwanda.

 

Les victimes de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima se mobilisent pour appeler à l’interdiction de l’énergie nucléaire

Des prêtres de paroisse japonais ont témoigné des souffrances subies par les victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima lors d’un forum international pour un monde sans nucléaire qui s’est tenu à Sendai, au Japon, la semaine dernière. Une déclaration commune du forum, prévue pour le mois prochain, devrait renforcer l’appel à une interdiction mondiale de l’énergie nucléaire et encourager les églises à se joindre à la campagne.

Le forum, organisé par la Nippon Sei Ko Kai (l’Église anglicane du Japon, « NSKK »), fait suite à la résolution du Synode général de la NSKK de 2012 appelant à la fin des centrales et des activités nucléaires afin d’aider le monde à se débarrasser totalement de l’énergie nucléaire.

La catastrophe de 2011 a été générée par un tremblement de terre et à un tsunami qui ont provoqué de nombreuses explosions dans la centrale nucléaire côtière de la ville, une contamination radioactive généralisée et de graves effets sur la santé et l’environnement. Le président du comité organisateur du forum, Kiyosumi Hasegawa, a déclaré : « La population et l’environnement continuent de subir les dommages causés par l’effondrement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de TEPCO. Je pense vraiment que ce désastre provoqué par l’homme restera dans l’esprit de beaucoup de personnes pendant de nombreuses années ».

Un pasteur, le Dr Naoya Kawakami, dont l’église a été touchée par le tsunami, secrétaire général du réseau de secours aux sinistrés de l’Alliance chrétienne de Sendai, Touhoku HELP, a expliqué comment il avait soutenu les personnes qui en avaient été victimes et avait écouté les témoignages des prêtres qui avaient soutenu les survivants.

« Plus la situation empire, plus les pasteurs prennent conscience de l’importance de leur rôle. Leur rôle est de témoigner… Les pasteurs qui sont restés à Fukushima avec les ‘survivants que personne n’écoutait’ nous montrent que l’église est le corps de la résurrection de Jésus, avec ses blessures et ses faiblesses… les malades souffrent généralement en silence et la plupart des gens ne les entendent jamais » a-t-il déclaré.