This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – vendredi 10 mai 2019

Posted on: May 10, 2019 2:44 PM
Related Categories:

Des évêques opposés s’étreignent après que les excuses de l’archevêque Justin Welby ont permis d’aboutir à un accord

Un débat au cours duquel des points de vue profondément opposés sur la question de la sexualité humaine ont été fermement mais poliment exprimés a menacé de provoquer une désunion lors de la dernière journée de la dix-septième réunion du Conseil consultatif anglican à Hong Kong, samedi 4 mai. Mais une discussion au moment du temps de prière et les excuses subséquentes de l’archevêque de Cantorbéry sur la question des invitations à la Lambeth Conference (conférence de Lambeth) ont abouti à un compromis et aux étreintes de deux évêques qui s’étaient opposés précédemment.

Le débat a été déclenché par un projet de résolution proposé par Mgr Ed Konieczny, membre de l’Église épiscopale basée aux États-Unis. La résolution visait à réengager la Communion anglicane dans le processus d’écoute préconisé dans la résolution I.10 de la Lambeth Conference de 1998 sur la sexualité humaine. Mais sa formulation s’est révélée controversée. Certains membres l’ont en effet jugée « ambiguë », et un autre a déclaré qu’elle risquait de donner « du grain à moudre à la GAFCON (la Conférence mondiale sur le futur anglican) » et de constituer un « motif d’embrasement » dans certaines Provinces.

La réunion fut interrompue pour la prière avant les tables rondes. Cette interruption fut l’occasion d’une pause-thé prolongée, au cours de laquelle l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, avec l’évêque Konieczny, l’évêque de Nairobi, Mgr Joel Waweru, et d’autres, se sont réunis pour discuter de la résolution.

Quelque 45 minutes après la suspension de la réunion, la vice-présidente de l’ACC, Maggie Swinson, a annoncé que la réunion se transformerait en une session informelle. L’archevêque Welby a alors prononcé un discours fort, qu’il a traduit en français et qu’il a demandé aux membres de l’ACC de traduire en espagnol et en swahili.

Lors de son discours, Mgr Welby a présenté ses excuses pour le vif émoi suscité par la question des invitations à la Lambeth Conference, à la fois parmi les opposants au fait que les évêques homosexuels soient invités, et parmi ceux n’étant pas d’accord avec le fait que les conjoints de même sexe ne soient pas invités.

Il a demandé un vote à main levée afin d’estimer le soutien à une proposition d’amendement qui, notamment, exprimait « notre désaccord sur la question des invitations à la Lambeth Conference », a-t-il expliqué. « Ce désaccord est double : il porte à la fois sur le fait que certaines personnes ont été invitées et sur le fait que certaines personnes n’ont pas été invitées. Ces deux points de vue ont profondément divisé – cela est de ma faute et j’en assume l’entière responsabilité ».

La proposition d’amendement invitait également l’archevêque à « examiner toutes les questions de discrimination au sein de la Communion anglicane, à faire des recommandations au Comité permanent et à présenter un rapport lors de l’ACC18 ». Une fois que la réunion a repris en séance officielle, l’amendement a été voté à 83 voix, 0 contre et 3 abstentions.

Après l’annonce du résultat, Mgr Waweru, Mgr Eraste Bigirimana, évêque de Bujumbura, de l’Église anglicane du Burundi, et Mgr Konieczny se sont pris dans les bras. Ce faisant, les membres du Conseil ont entamé une interprétation improvisée du chant de Taizé « Bénis le Seigneur, Ô mon âme ».

Le Conseil consultatif anglican demande aux Églises d’adopter des directives internationales de sécurité

De nouvelles directives visant à « renforcer la sécurité de toutes les personnes – en particulier des enfants, des jeunes et des adultes vulnérables – dans les Provinces de la Communion anglicane » ont été approuvées par le Conseil consultatif anglican (ACC). Ces directives ont été élaborées au cours des trois dernières années par la Commission « Église sûre », sur recommandation de la réunion de l’ACC à Lusaka en avril 2016. En approuvant ces directives, l’ACC a déclaré reconnaître les « échecs du passé » et être « déterminé à faire en sorte que chaque église de la Communion anglicane soit un lieu sécurisé pour tous ».

« Faire de nos églises un lieu sécurisé est l’une des valeurs fondamentales de l’Évangile », a déclaré Garth Blake, le célèbre avocat australien qui préside la Commission « Église sûre ». « Nous devons veiller à ce que chacune de nos églises, chacune de nos familles d’églises, constitue pour tous un lieu sûr, en particulier les enfants, les jeunes et les adultes vulnérables ».

Dans le cadre de son travail, la Commission a interviewé plusieurs victimes et survivants – un processus que Garth Blake a qualifié de « très difficile ». Évoquant le contenu de ces interviews, il a notamment rappelé le « cas d’une jeune femme qui a été sauvée de la maltraitance et la personne qui l’a sauvée l’a maltraitée à son tour ».

L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a souligné l’importance du rôle joué par la Commission et ses travaux. « L’un des aspects de la Communion est qu’elle nous permet d’apprendre des réussites de certaines personnes, mais également de leurs échecs et de leurs actes les plus vils », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse organisée la veille de la réunion de l’ACC.

« La Commission « Église sûre » est au cœur de la mission ou du discipulat volontaire. Vous ne pouvez pas avoir une église qui maltraite des enfants ou des adultes vulnérables - [ce] rapport est donc crucial » a-t-il ajouté.

La Communion anglicane est composée de 40 églises interdépendantes autonomes sans autorité centrale, de sorte que l’ACC n’a pas le pouvoir de faire respecter les règlements.

« Bien sûr, il n’est pas en mesure de faire appliquer les règlements, mais le Conseil consultatif représente une puissante autorité morale », a déclaré Garth Blake. « Je pense qu’avec l’adoption des directives, le soutien du Conseil consultatif et la réalité du problème, il y aura une forte motivation pour mettre en œuvre les directives et rendre compte des progrès accomplis.

« Nous sommes tous engagés dans un projet commun visant à faire en sorte que l’Église soit plus sûre. Certains viennent à peine de s’engager sur ce chemin, mais nous devons le parcourir tous ensemble ».

L’ACC demande à toutes les Églises membres et aux diocèses extraprovinciaux d’adopter la nouvelle Charte « Église sûre » et de mettre en œuvre un Protocole préexistant, ce qui n’a pas encore été fait. Les Églises sont également invitées à mettre en œuvre les nouvelles directives et à rendre compte des progrès accomplis lors de la prochaine réunion de l’ACC en 2022.

Il leur est également demandé de désigner un représentant chargé d’établir une liaison avec la Commission pour l’adoption de la Charte, la mise en œuvre du Protocole et des directives, ainsi que pour l’élaboration de futures recommandations.

Justin Welby : Les églises anglicanes devraient limiter les actions indépendantes par amour les unes pour les autres

Lors de son discours présidentiel devant l’ACC, l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, a mentionné le fait que la Communion anglicane n’existe pas pour elle-même et que, même si chaque Province est autonome, « étant interdépendante des autres, elle devrait limiter ce droit à son amour des autres Provinces ».

Il a également profité de son intervention pour rappeler aux membres le thème de l’ACC-17 : « Je souhaite sincèrement, et je prie pour que cette année, réunis autour du thème « Équiper le peuple de Dieu : approfondir son sens du discipulat volontaire », la deuxième fois que nous nous concentrons sur le discipulat volontaire, nous ayons l’occasion de réfléchir à la possibilité de marcher ensemble dans notre vie en tant que corps du Christ et vivant en tant que témoins de la gloire de Dieu ».

À travers des témoignages, Mgr Welby a ensuite expliqué comment les quatre Instruments de la Communion – le Conseil consultatif anglican, la Primates’ Meeting (réunion des primats), la Lambeth Conference et l’archevêque de Cantorbéry – collaborent pour faciliter et soutenir ensemble la structure de la Communion.

« La Communion anglicane est partout », a-t-il déclaré. « Nous sommes différents, nous ne sommes pas toujours d’accord, mais, bien que nous soyons nombreux, nous formons un seul corps en Jésus-Christ – ni mieux, ni pire. Nous sommes tous des pécheurs et des disciples connus et aimés de Dieu ».

Et Mgr Welby de conclure : « En tant que membres de l’Église de Dieu, en tant que disciples du Christ, en tant que personnes qui nous efforçons de « suivre » de manière volontaire, nous pouvons – et nous devons – nous réjouir, jour après jour, d’être une partie du miracle qu’est l’Église de Dieu – une Église parfois en proie au désordre, aux différences, aux disputes, mais, finalement, toujours celle de Dieu ; une Église qui accomplit le travail de Dieu dans le monde de Dieu ».

  • L’intégralité du discours présidentiel de l’archevêque Justin Welby est disponible ici.

Un nouveau membre de la Jeunesse anglicane siégeant au Conseil consultatif anglican élu au Comité permanent

Les membres du Conseil consultatif anglican ont élu trois nouveaux membres de son Comité permanent, dont – pour la première fois – un membre de la Jeunesse anglicane. Les trois membres nouvellement élus sont : Joyce Haji Liundi, de l’Église anglicane de Tanzanie, Hosam Elias Naoum, doyen de la cathédrale Saint-Georges de Jérusalem, de l’Église épiscopale de Jérusalem et du Moyen-Orient, et Basetsana Makena, de l’Église anglicane du Sud de l’Afrique – lequel assistait à sa première réunion de l’ACC en tant que nouveau membre de la Jeunesse anglicane régionale représentant le continent africain.

Le Comité permanent est composé de 15 membres, dont l’archevêque de Cantorbéry. Sept sont des membres de l’ACC et cinq du Comité permanent des primats. Les deux autres membres sont le président et le vice-président de l’ACC, élus par les membres en séance plénière. La fonction du Comité permanent est d’aider les Églises de la Communion anglicane à mener à bien leur mission dans le monde entier.

Le Comité permanent nouvellement reconfiguré s’est réuni pour la première fois samedi dernier (4 mai). Chaque année, il se réunit physiquement pendant une semaine, et plusieurs fois par visio ou télé-conférence. Les membres s’étant rencontrés en personne lors de l’ACC-17, ils ne se réuniront pas physiquement avant l’année prochaine.