This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – Vendredi 22 mars 2019

Posted on: March 22, 2019 1:46 PM
Related Categories:

Des responsables religieux offrent leurs prières et leur solidarité après l’attaque de deux mosquées en Nouvelle-Zélande faisant 50 morts

Les archevêques et évêques anglicans du monde entier ont réagi à l’attaque perpétrée la semaine dernière contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, au cours de laquelle 50 personnes ont été tuées.

Dans un communiqué, les responsables religieux de Christchurch, dont l’évêque anglican Peter Carrell, ont déclaré qu’ils étaient « totalement dévastés face à cette attaque sans précédent à Christchurch », ajoutant qu’« aucune organisation ni aucun groupe religieux(-se) ne méritait d’être la cible d’une telle haine, et ce quelles que soient leurs croyances ».

Et Mgr Carol d’ajouter : « Prions et continuons de prier pour les blessés, pour ceux qui s’en occupent et ceux qui les pleurent, ainsi que pour nos services de police et nos autres services publics… »

Les deux primats de l’Église anglicane de Nouvelle-Zélande, les archevêques Philip Richardson et Don Tamihere, ont quant à eux déclaré : « La liberté de culte et la vie religieuse sont un droit absolu pour tous dans ce pays. Nous avons choisi de nous tenir aux côtés de nos frères et sœurs musulmans et de soutenir leur droit permanent et inaliénable de vivre et de pratiquer leur culte en Nouvelle-Zélande ».

L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a exprimé sa « profonde sympathie pour les victimes de l’attaque terroriste qui a eu lieu en Nouvelle-Zélande ainsi que leurs proches », ajoutant : « Tous les chrétiens prieront pour la guérison des personnes, l’harmonie des relations entre les différentes communautés religieuses, et la Nouvelle-Zélande elle-même. Jésus nous appelle à accueillir les étrangers et à aimer notre prochain, si différent soit-il ».

Un bilan de certainement au moins 1 000 morts après le « pire » épisode cyclonique dans l’hémisphère sud

Un véritable « océan intérieur » s’est formé au Mozambique après le passage du cyclone Idai, décrit comme la pire catastrophe météorologique qu’ait connue l’Afrique australe. Selon le président Filipe Nyusi, le bilan pourrait être d’au moins 1 000 morts au Mozambique. Le cyclone a également ravagé le Madagascar, le Malawi, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe, une zone desservie par trois provinces anglicanes.

Le primat de l’Église anglicane du Sud de l’Afrique, qui inclut le Mozambique et l’Afrique du Sud, l’archevêque Town Thabo Makgoba, a déclaré : « J’adresse nos plus sincères condoléances aux familles des victimes et exprime notre profonde douleur face aux pertes de vies humaines et aux dégâts matériels causés par le passage du cyclone Idai en Afrique australe »

L’évêque de Lebombo, Carlos Matsinhe, a pour sa part déclaré : « Le cyclone a entrainé la destruction de nombreux bâtiments. Beaucoup de personnes se sont retrouvées sans abri et sans nourriture. Cela risque d’entrainer très vite de graves conséquences sur les conditions de santé de la population. De plus, cette tempête ayant endommagé le réseau électrique, la communication est rompue et nous en savons très peu sur la réalité des dégâts ».

Plusieurs appels ont été lancés pour aider les agences anglicanes à faire face à la catastrophe. La présidente de l’Alliance anglicane, Rachel Carnegie, a déclaré : « Nous sommes très touchés de constater la mobilisation des diocèses locaux et de Mothers’ Union (Union des mères) afin de venir en aide aux communautés victimes de ce cyclone dévastateur. L’Alliance anglicane se propose d’assurer la liaison avec les diocèses sur le terrain et la Communion anglicane dans son ensemble pour aider à faire face à cette catastrophe ».

Mgr Welby met en garde contre « l’impérialisme culturel » qui a cours dans l’évangélisation auprès d’autres confessions

Lors de la conférence annuelle Deo Gloria, organisée par la London School of Theology, au Lambeth Palace (palais de Lambeth) la semaine dernière, l’Archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a mis en garde contre « l’impérialisme culturel » et a appelé les chrétiens à faire preuve de sensibilité et à rechercher l’instauration d’un dialogue approfondi dans le cadre de leurs actions d’évangélisation auprès des personnes d’autres confessions. L’Archevêque a ainsi souhaité souligné que l’évangélisation ne devait pas être une démarche commerciale ni l’expression d’une quelconque supériorité culturelle.

La conférence Deo Gloria est un événement annuel organisé par la London School of Theology en partenariat avec le Deo Gloria Trust. Parmi les intervenants également présents figuraient le professeur Alister McGrath, le chanoine Andrew White et Heidi Baker.

« Nous devons être prêts : prêts à parler, à partager. C’est un espoir pour le monde », a déclaré l'archevêque Welby dans son discours. « Mais faisons en sorte que ce témoignage soit emprunt de douceur et de respect ».

  • L’intégralité du discours de l’archevêque en anglais est disponible ici.

Des théologiens rassemblent des ressources pour aider les ordinands et les séminaristes à mieux comprendre la justice de genre

Une nouvelle ressource éducative pour aider les collèges théologiques anglicans, les séminaires et les centres de formation à enseigner l’égalité dans les relations hommes-femmes est actuellement en développement par l’International Anglican Women’s Network (Réseau international des femmes anglicanes, « IAWN »). Un groupe de travail théologique international s’est réuni à Limuru, au Kenya, la semaine dernière, pour travailler sur l’élaboration de documents d’étude portant sur le sujet « Justice de Dieu : égalité des relations femmes-hommes, et filles-garçons ».

Le groupe a été convoqué par l’IAWN « lorsqu’il a été établi que la formation, l’enseignement, et la connaissance des responsables religieux et des différents ministères en matière d’égalité des sexes étaient essentiels dans le cadre de leur préparation à représenter et à dire l’Évangile de Jésus-Christ dans le sacrement et dans la Parole, ainsi que dans leurs vies », a déclaré l’IAWN dans un communiqué publié à la suite de la réunion.

« Les documents seront disponibles en tant que composant ou module « autonome » ou sous une forme pouvant être intégrée dans les programmes et les plans de formation existants pour les femmes et les hommes se préparant au ministère, laïcs ou ordonnés, ou poursuivant leur formation religieuse », peut-on lire dans le communiqué. « Des théologiens issus de différents contextes au sein de la Communion ont contribué à l’élaboration des documents d’étude. Leurs réflexions invitent à la critique et à la conversation dans le contexte de communautés religieuses engagées et respectueuses ».

Les anglicans des diocèses des Caraïbes formés à la préparation et à la résilience en cas de catastrophes

Des membres de la communauté anglicane des diocèses des Caraïbes ont participé à un atelier intitulé « Pasteurs et catastrophes » organisé à Grenade. L’atelier était initié et animé par l’Église dans la Province des Antilles en collaboration avec l’Alliance anglicane mondiale, l’agence Episcopal Relief & Development basée aux États-Unis, et le Fonds du primat canadien pour le secours et le développement mondial.

« Les églises et les communautés de la Communion anglicane sont de plus en plus confrontées aux effets dévastateurs du changement climatique », a déclaré un porte-parole de l’Alliance anglicane. « Les communautés insulaires exposées sont particulièrement vulnérables. Les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les ouragans, les cyclones, les tsunami, les inondations, etc., sont en passe de devenir la « nouvelle normalité ». Les églises sont souvent les premières à intervenir en cas de catastrophe et peuvent également jouer un rôle clé dans le renforcement des capacités de résilience des victimes ».