This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Infos hebdomadaires de l’Anglican Communion News Service – Vendredi 1er mars 2019

Posted on: March 1, 2019 2:10 PM
Related Categories:

Mothers’ Union : l’un des plus beaux cadeaux de la Communion anglicane à l’ Église mondiale – Mgr Welby

Lors de la cérémonie d’investiture de la nouvelle présidente l'agence mondiale de la mission anglicane, Sheran Harper, en la cathédrale de Southwark à Londres cette semaine (mardi), l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a salué le travail « unique et extraordinaire » de Mothers’ Union (l’Union des mères). Sheran Harper, originaire de Guyane et ancienne présidente de Mothers’ Union de la province des Indes occidentales, est la première n’étant pas originaire du Royaume Uni à être élue présidente mondiale.

L’archevêque Welby a félicité Sheran Harper « pour la confiance que les membres [vous] ont témoignée ».

« Il n’y a qu’une seule Mothers’ Union », a-t-il déclaré. « Cette organisation est unique. Il s’agit du plus ancien et du plus important mouvement de femmes au monde. C’est un cadeau de Dieu aux Anglicans et c’est l’un des plus beaux cadeaux de la Communion anglicane à l’Église mondiale. ”

Et Mgr Welby de décrire ensuite les quatre millions de membres de Mothers’ Union comme « une puissante force d’espoir dans tous les aspects de la vie de l’Église mondiale, et de la société au sens large », louant le rôle de l’organisation dans l’apport d’espoir et de réconciliation.

Le « Centre anglican mondial » pourrait devenir la première présence officielle dans la ville natale de Jésus, Bethléem

Une présence anglicane officielle pourrait voir le jour à Bethléem – la première dans la ville palestinienne, lieu de naissance de Jésus. Vendredi dernier (22 février), l’archevêque anglican de Jérusalem, Suheil Dawani, a rencontré le maire de Bethléem, Anton Salman, afin de discuter du projet de création d’un Centre anglican mondial. « Nous vous demandons de prier pour l’instauration éventuelle de ce centre », a déclaré le diocèse de Jérusalem sur son site Internet, ajoutant que « de nombreux obstacles restent encore à surmonter ».

Le diocèse de Jérusalem est propriétaire d’un bien situé près de la place de la Mangeoire, à Bethléem, à proximité de la Grotte du Lait, mais ne possède pas d’église dans la ville. « Dans les premières années de notre partenariat missionnaire avec l’Église luthérienne, il avait été convenu que les luthériens exerceraient leur ministère dans les régions situées au sud de Jérusalem et les anglicans dans le nord », a déclaré le diocèse. « Aussi le diocèse de Jérusalem n’a-t-il actuellement aucun ministère à Bethléem. Le Centre anglican que nous envisageons de créer serait le premier ».

Le diocèse de Jérusalem entretient des liens étroits avec les églises de Bethléem. Le 24 décembre de chaque année, le patriarche orthodoxe grec de Jérusalem, Théophile III, met à la disposition de l’évêque Suheil sa chapelle privée située dans l’église de la Nativité pour un service religieux anglican. La veille de Noël, de nombreux fidèles quittent la cathédrale Saint-Georges de Jérusalem pour se rendre en convoi avec un certain nombre de diplomates occidentaux à l’église de la Nativité pour cette cérémonie, avant de retourner à la cathédrale St George pour la messe de minuit.

Les femmes anglicanes font entendre leur voix à la Commission de la condition de la femme de l’ONU

Le Bureau de la Communion anglicane aux Nations Unies enverra une délégation de sept femmes à New York le mois prochain pour la 63ème réunion annuelle de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies. Huit femmes ont été choisies, mais l’une d’elles s’est vu refuser un visa par les autorités américaines.

Cette année, les 45 États membres des Nations Unies composant la Commission débattront sur le thème « Les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et les infrastructures durables au service de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et des filles », avec notamment des questions telles que l’accès aux systèmes de santé et d’éducation.

L’Église épiscopale basée aux États-Unis enverra elle aussi une délégation officielle à l’événement. Les agences de mission anglicanes Mothers’ Union et USPG seront également présentes.

Anatolie Dusabe, de l’Église anglicane du Burundi, s’est vu refuser un visa d’entrée aux États-Unis. Les autres membres de la délégation de la Communion anglicane sont Jennifer Allen, de l’Église épiscopale basée aux États-Unis ; Ley-Anne Forsyth, de l’Église épiscopale écossaise ; Tomie Kaneko, de la Nippon Sei Ko Kai (la Communion anglicane du Japon) ; Anika Kingmele, de l'Église anglicane de Mélanésie ; Nontlantla Mashiyane, de l’Église anglicane d’Afrique australe ; Dr Grace Ofori-Abebrese, de l’Église de la Province de l’Afrique de l’Ouest ; et Ruihana Paenga, de l’Église anglicane d’Aotearoa, Nouvelle-Zélande et Polynésie.

L’appel de l’archevêque après l’incendie qui a détruit un marché dans le berceau de l’anglicanisme au Burundi

L’archevêque Martin Nyaboho, primat du Burundi, s’est associé aux dirigeants municipaux pour lancer un appel à l’aide après l’ incendie du marché principal de Matana. La commune de Matana, dans la province de Bururi, au sud du Burundi, est considérée comme le berceau de l’anglicanisme dans le pays. Le mois dernier, l’archevêque Nyaboho s’est rendu sur les lieux de l’incendie en compagnie de Mgr Seth Ndayirukiye, évêque diocésain local, et a rencontré l’administratrice de la commune pour lui exprimer sa solidarité.

« La plupart des gens qui travaillent sur ce marché sont membres de l’Église anglicane au Burundi », a déclaré l’archevêque Nyaboho dans une vidéo. « Selon les estimations, plus de 4 000 familles vivent des revenus générés par ce marché local ».

L'administratrice de la commune a déclaré qu’elle demandait de l’aide à l’Église anglicane. « Nous avons pour habitude de collaborer sur de nombreux projets et vous êtes donc parmi ceux à qui nous demanderons de l’aide », a-t-elle déclaré.

Un archevêque condamne la profanation perpétrée par des vandales qui ont dérobé la tête d’une momie dans la crypte d’une église de Dublin

Des voleurs ont dérobé la tête d’un corps momifié vieux de 800 ans, surnommé « le Croisé », dans la crypte d’une église de la capitale irlandaise, Dublin. Les responsables ont également endommagé d'autres restes humains lors de l’attaque de l’église Saint-Michan, laquelle est une destination touristique populaire, notamment pour les restes humains momifiés abrités dans sa crypte. Le vol a été constaté peu de temps avant midi le lundi 25 février, alors que des volontaires se préparaient à ouvrir la crypte aux visiteurs.

Dans un communiqué, l’Église d’Irlande a déclaré que le corps du Croisé avait été retourné et que sa tête avait été dérobée. Il semblerait que la crypte ait été gravement endommagée et que d’autres restes, y compris ceux d’une religieuse datant de 400 ans, ont été profanés lors de l’attaque.

« Je suis choqué que l’on puisse s’en prendre à cet ancien lieu de sépulture et profaner les restes de ceux qui s’y trouvent », a déclaré l’archevêque de Dublin, Michael Jackson. « Non seulement ces individus ont profané la crypte sacrée, mais ils ont également détruit ces momies historiques qui étaient conservées en l’église St Michan depuis des centaines d’années ».