This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Résumé des nouvelles hebdomadaires de l’Agence d’information de la Communion anglicane, le vendredi 7 décembre 2018

Posted on: December 7, 2018 10:43 AM
Related Categories:

Les dirigeants anglicans concluent la réunion régionale des primats sur une note d’espoir

Les primats anglicans des Amériques et des Caraïbes ont terminé leur réunion régionale la semaine dernière avec l’engagement de continuer à se réunir régulièrement et de travailler ensemble à l’avenir. La réunion de trois jours, qui s’est tenue à Toronto (Canada), a été, selon les participants, l’occasion « non pas de discussions honnêtes, mais de discussions très honnêtes qui nous ont permis d’aborder franchement les difficultés de la Communion et d'avancer ensemble dans le Christ ».

Les discussions ont débuté par la reconnaissance de la nécessité de rétablir la confiance au sein de la Communion anglicane, et envers les primats et les provinces. Le document de la Communion anglicane, Vers une symphonie d’instruments (« Towards a Symphony of Instruments »), a été utilisé comme cadre pour les discussions.

Les primats ont également discuté de la Lambeth Conference 2020 et « ont apporté une bonne contribution au Groupe de conception de la Conférence de Lambeth ». Ils ont déclaré qu’ils « demandaient que notre réalité devienne une priorité à Lambeth », notamment une série de préoccupations communes dans la région : implantation d’églises, évangélisation, mission, crise des réfugiés, violence à l’égard des femmes et des enfants, injustice économique et changement climatique.

Tous les primats des Amériques étaient présents. Les Antilles n’ayant actuellement pas de primat, cette province était représentée par Mgr Leopold Friday. L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, le secrétaire général de la Communion anglicane, le Dr Josiah Idowu-Fearon, et Phil George, directeur général de la Lambeth Conference, ont également assisté à la réunion.

Les dirigeants de l’Église ont discuté des moyens de renforcer les relations entre les primats de la région, en particulier des moyens de s’organiser pour poursuivre la conversation et renforcer leur collaboration future. Ils ont également discuté de la possibilité d’une conférence sur la mission dans les Amériques en 2021.

Au cours de la réunion, l’archevêque Julio Murray, primat de l’Église anglicane de la Région centrale d’Amérique, a été élu représentant régional des Amériques au Comité permanent de la Communion anglicane.

Le Prince de Galles plaide en faveur des chrétiens du Moyen-Orient

Le prince Charles a défendu les intérêts des chrétiens du Moyen-Orient lors d’une cérémonie spéciale à l’abbaye de Westminster, à Londres. L’archevêque anglican de Jérusalem, Suheil Dawani, faisait partie de la douzaine de responsables d’Églises représentant les églises chrétiennes de la région. L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, a prêché un sermon dans lequel il a exhorté les chrétiens des autres régions à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour « accueillir les démunis, prier pour les personnes en souffrance, aider les victimes de persécutions, [et] se réjouir de la libération ».

Depuis plusieurs années, le prince de Galles utilise l’Avent pour mettre en lumière le sort tragique des chrétiens au Moyen-Orient et visiter plusieurs églises originaires du Moyen-Orient basées au Royaume-Uni. À l’abbaye de Westminster, il a parlé du « grand privilège » qu’il avait eu de rencontrer « tant de Chrétiens qui, avec une foi et un courage si inspirants, luttent contre l’oppression et la persécution, ou qui ont fui pour y échapper ».

La cérémonie avait une saveur œcuménique et moyen-orientale : la musique était dirigée par les chœurs du diocèse copte et de l’Église syriaque orthodoxe, basés à Londres ; et les prières étaient dirigées par l’archimandrite Shafiq Abouzayd, de l’Église grecque-catholique melkite, Mgr Angaelos, archevêque de l’Église copte orthodoxe, et Guli-Francis-Dehqani, évêque de Loughborough, fille de l’ancien évêque d’Iran, Hassan Dehqani-Tafti.

Les églises de Zambie vont travailler ensemble pour diriger le processus de Dialogue national

Les Églises de Zambie dirigeront le « Dialogue national » du pays – un processus mis en place pour résoudre les différends entre les partis politiques et renforcer la démocratie. Le Dialogue était prévu depuis quelques années, mais les différends entre les parties et le retrait du soutien des Églises l’ont finalement retardé.

Dans une déclaration commune avec le Centre zambien pour le Dialogue entre les parties (Zambian Centre for Interparty Dialogue), les Églises ont appelé « toutes les parties prenantes et l’ensemble des Zambiens à s’engager et à soutenir ce processus dans son intégralité . . . ensemble, nous pouvons donner à la nation une nouvelle trajectoire afin de faire en sorte que nous vivions vraiment dans la paix, l’unité et l’harmonie, en promouvant une culture de bonne gouvernance, de tolérance, et de civisme, tout en maintenant la règle de droit et en sauvegardant et respectant les droits humains ».

Bien que la Zambie ait connu plusieurs élections et transitions du pouvoir pacifiques, les dernières élections ont vu une augmentation de la violence entre les partis. Avant l’élection générale de 2016, les dirigeants des partis politiques – y compris le président Edgar Lungu – ont assisté à une session d’indaba, à la cathédrale anglicane de la Sainte-Croix, au cours de laquelle ils ont convenu de mesures visant à apaiser les tensions.

Mgr Samuel Sunil Mankhin à la tête de l’Église du Bangladesh

L’évêque de Kustia, Samuel Sunil Mankhin, est devenu modérateur et primat de l’Église du Bangladesh. Il succède à Mgr Paul Sarker, qui prendra sa retraite en tant qu’évêque de Dacca en février prochain. Le nouveau vice-président est l’évêque Shourov Pholia, du diocèse de Barisal.

« Toutes les congrégations de l’Église du Bangladesh ont prié pour un changement de direction en douceur et Dieu a finalement exaucé nos prières et nous a aidés à le faire », a déclaré le secrétaire provincial, James Das. « Nous vous invitons à vous joindre à toute la congrégation de l’Église du Bangladesh et aux membres du clergé pour féliciter les nouveaux élus.

« Nous vous invitons également à prier pour eux afin de les aider à continuer à travailler dans la prière, sous la direction du Saint-Esprit, alors qu’ils vont devoir régler de nombreux problèmes et gérer quelques autres transitions jusqu’à ce qu’ils deviennent pleinement opérationnels dans leurs rôles respectifs. C’est un moment d’action de grâce, un moment de prière et un appel à une mission unie ».

L’évêque de Californie à la tête d'une délégation à la conférence sur les changements climatiques (COP24)

Un groupe de l’Église épiscopale des États-Unis fait partie des groupes confessionnels, des ONG et des délégations gouvernementales à la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en Pologne. La conférence – COP24 – a pour objectif de mettre au point un plan de mise en œuvre de l’Accord de Paris de 2015.

La délégation est dirigée par l’évêque de Californie, Marc Andrus. Il a déclaré à l’Episcopal News Service (Agence d’information épiscopale) avoir entendu parler du changement climatique à la Conférence de Lambeth de 2008.

«. . .J’ai écouté avec étonnement les évêques d’Inde, d’Afrique occidentale, d’Australie, des États-Unis et du Soudan parler pendant un peu moins de deux heures de la dégradation de l’environnement et des effets du changement climatique qui affectaient déjà les diocèses qu’ils desservaient », a-t-il déclaré.

« Ce n’est qu’au cours des 10 dernières minutes des deux heures consacrées à la discussion sur deux des principaux problèmes auxquels notre église est confrontée depuis des décennies, que ce groupe d’évêques a abordé le second problème, ce qui démontre à quel point ils étaient préoccupés par le danger que représente actuellement le changement climatique ».

C’est la quatrième fois que l’Église épiscopale envoie une délégation à la COP. La justice environnementale est l’une des trois priorités principales de l’Église épiscopale, au même titre que la réconciliation raciale et l’évangélisation.

Les anglicans japonais lancent une campagne pour libérer le monde du nucléaire

La Communion anglicane du Japon (NSKK) s’apprête à accueillir un forum international pour un Monde sans nucléaire. Le forum se tiendra à Sendai en mai prochain et les travaux sur le terrain se dérouleront à Fukushima, théâtre de la catastrophe de 2011, au cours de laquelle un tremblement de terre et un tsunami ont provoqué des explosions dans la centrale nucléaire de la ville, entraînant une contamination radioactive généralisée.

Chaque diocèse de la NSKK participe à la conférence et des représentants des provinces de la Communion anglicane ayant des liens étroits avec le Japon envoient également des représentants. « Tous sont unis dans l’espoir d’un monde libéré des dangers et des menaces nucléaires », a déclaré le Comité exécutif de la NSKK dans un communiqué.