This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled.

Voir jaune

Voir jaune

Bishop Pierre Whalon

27 March 2019 10:37AM

0 Comments

L’Evêque de la Convocation des Églises Épiscopales en Europe, Mgr Pierre Whalon, commente les manifestations du « gilet jaune »


This blog is also available in English
Ce blog est également disponible en anglais


Ayiti lòk — Haïti verrouillé. Le « verrou » ce sont les manifestations violentes qui ont secoué le pays au mois de février, et qui n’ont pas encore fini. « Lafrans lòk » aussi, après ces mois de samedis de « gilets jaunes ». Beaucoup de pays ont également vu récemment des manifestations exprimant une colère quasiment incohérente.

D’où vient cette colère, mettant les Champs Élysées à feu et un peu à sang ? Que veulent vraiment les gilets jaunes ? Les supporters de Brexit ? Ces fans du « Wall » du président Trump ? Les bourgeois membres de Alternatif für Deutschland ? Comment se fait-il que l’Italie a un gouvernement de coalition de deux partis politiques populistes, l’un d’extrême droite, l’autre d’extrême gauche ? Sans parler du jeune chancelier autrichien lui-même d’extrême droite ? Et la Pologne ? La Hongrie ? Sans parler du Venezuela…

On peut dire que les haïtiens, par exemple, ont raison d’être en colère, alors que leur monnaie, la gourde, a considérablement perdu de sa valeur rapidement. Ce qui a entrainé encore plus d’appauvrissement, dans le pays le plus pauvre du monde, et dont le gouvernement est manifestement en proie à la corruption.

Mais les gilets jaunes ? Il est difficile de résumer leurs revendications, car elles sont multiples et contradictoires — à part exiger la démission du président Emmanuel Macron. Mais ils n’ont pas de remplacement à proposer, juste qu’il s’en aille. On dit que lorsque quelqu’un est en colère, « il voit rouge », la couleur qu’agite un matador devant le taureau de la corrida. Mais peut-être pourrait-on dire que les gilets jaunes « voient jaune ». Leurs demandes ne sont pas vraiment d’ordre politique. Elles sont l’expression française d’une frustration mondiale qui ne saurait s’exprimer en termes clairs. Jaune n’est pas la couleur de la colère mais de la bile.

Où est l’Église en ce moment ? Nous faisons plutôt profile bas, à part l’Église d’Angleterre, qui a demandé aux fidèles de participer à cinq jours de prière concernant la décision calamiteuse de quitter l’Union européenne. L’Église romaine est consumée par les scandales de pédophilie, les évangéliques américains continuent de soutenir le président Trump, des désastres humains et naturels préoccupent les chrétiens en Afrique, au Proche Orient et l’Amérique du sud, etc.

Or St Paul exhorte son disciple Timothée ainsi :

… prêche la parole, insiste en toute occasion, qu’elle soit favorable ou non, réfute, reprends et encourage. Fais tout cela avec une pleine patience et un entier souci d’instruire. En effet, un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine. Au contraire, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule d'enseignants conformes à leurs propres désirs. Ils détourneront l’oreille de la vérité et se tourneront vers les fables. Mais toi, sois sobre en tout, supporte les souffrances, accomplis la tâche d'un évangéliste, remplis bien ton ministère (2 Tim.4 : 2-5).

Je pense que ces versets décrivent le chemin à suivre pour nous autres chrétiens, en ces jours « lòk » de « colère jaune ».

 

Add your comments

or Log In to add your comment

0 Comments