This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled, alternatively you can use the low bandwidth version.

Easter message from Archbishop Zacharie Masimango Katanda

Posted on: April 4, 2018 9:17 AM

An Easter message from the Bishop of Kindu and Primate of the Anglican Church of Congo, Archbishop Zacharie Masimango.

This message is also available in French
Ce message est également disponible en français

Dear Brothers and Sisters, happy Easter.

Jesus Christ, incarnation of the mercy of God, died for love on the cross and, for love, is risen. That's why we proclaim today: Jesus is Lord!

His resurrection fulfils the prophecy of the Psalm: the mercy of God is eternal, his love is forever, he will never die. We can trust him completely, and we give thanks to him because he descended for us to the bottom of the abyss.

In the face of the spiritual and moral abysses of humanity, in the face of emptiness of hearts and provocation to hatred and death, only infinite mercy can give us salvation. Only God can fill this emptiness, these abysses, with his love, and allow us not to collapse, but to continue walking together towards the Land of freedom and life.

The joyous announcement of Easter ‘Jesus, the crucified, is not here, he is risen’ (see Mt 28.5-6), offers us the comforting certainty that the abyss of death has been crossed and, with him, mourning, lament and anguish have been defeated (see Rev 21.4). The Lord, who suffered the abandonment of his disciples, the weight of an unjust condemnation and the shame of an infamous death, now makes us partakers of his immortal life, and gives his look of tenderness and compassion to the hungry and the thirsty, foreigners and prisoners, the marginalized and the excluded, the victims of abuse and violence. The world is filled with people who suffer in their bodies and minds, and every day the newspapers are full of news of atrocious crimes, often committed within the walls of the domestic home, and large-scale armed conflicts that cause untold hardships to entire populations.

May the Risen Christ open paths of hope to the beloved DR Congo, a country torn apart by conflict, with its sad train of destruction, death, disregard for humanitarian law and the breakdown of civil cohabitation. We entrust to the power of the risen Lord the elections of next December so that, thanks to the goodwill and collaboration of all, we can reap the fruits of peace and initiate the construction of a fraternal society, respectful of the dignity and rights of every citizen. May the message of life, which has sounded in the mouth of the Angel near the rock of the tomb, be victorious over the hardness of hearts and promote a fruitful meeting of peoples and cultures in the provinces of our country, particularly in Ituri, North and South Kivu.

May the image of the new humanity, shining in the face of Christ, promote the coexistence of the Hema and Lendu people in Ituri, and have the patience and daily commitment to devote themselves to building the foundations of a just and sustainable peace through direct and sincere reconciliation. May the Lord of Life also accompany efforts to find a definitive solution to the war in this part of the DR Congo, inspiring and also supporting humanitarian aid initiatives, including the release of detainees.

May the Lord Jesus, our Peace (cf. Eph 2.14), who by his resurrection has conquered evil and sin, stimulate on Easter Day our closeness to the victims of war, a blind and atrocious form of violence that hasn’t stopped spreading innocent blood in various parts of our country, as in recent attacks in Kasai, Beni, Tanganyika.

With the weapons of love, God has overcome selfishness and death; his Son Jesus is the door of mercy open to all. May his paschal message project more and more on the displaced Hemas and Lendus, who are in difficult living conditions, and on all those who have in their hands the destiny of the nation, so that we can work for the common good, seeking spaces for dialogue and collaboration with all. Everywhere, may we devote ourselves to foster a culture of encounter, justice and mutual respect, which alone can guarantee the spiritual and material well-being of citizens.

The resurrected Christ, a proclamation of life for all humanity, continues throughout the centuries, and invites us to remember men and women on the move, in search search of a better future - a growing number of migrants and refugees including many children, fleeing war, hunger, poverty and social injustice. These brothers and sisters too often meet death or at least the refusal of those who could offer them a welcome and help.

On this glorious day, "may our land be happy, lit up with so many fires", a land that is still so maltreated and vilified by exploitation that is eager for gain and alters the equilibrium of nature. I am thinking in particular of those areas affected by climate change, which often causes drought or violent floods, with consequent food crises in many parts of the planet. With our brothers and sisters who are persecuted for the faith and for their fidelity in the name of Christ, and the evil that seems to have the upper hand in the lives of many people, let us listen to the consoling word of the Lord: "Courage! I have overcome the world "(Jn 16.33). Today is the resplendent day of this victory, because Christ trampled on death, and by his resurrection he made life and immortality shine (2 Tm 1.10). "He has made us pass: from slavery to freedom, from sadness to joy, from mourning to the feast, from darkness to the light, from slavery to redemption. Therefore we say before him: Alleluia!"

To all those who, in our societies, have lost all hope and the desire to live, to the crushed old people who, in solitude, feel their strength diminish, to the young people who think they have no future, to all I address once again the words of the Risen One: "Behold, I make all things new ... to him who thirsts, I will give the water of the fountain of life, free of charge (Rev 21.5-6).

May the reassuring message of Jesus help us to set off again with more courage to build paths of reconciliation with God and with our brothers and sisters.

His Grace MASIMANGO K. Zacharie.
Archbishop and Primate of the EAC.


Message de Pâques de l'archevêque Zacharie Masimango Katanda

Bp -Zacharie -Masimango -Katanda -wife -Naomi

Ce message est également disponible en anglais
This message is also available in English

Un message de Pâques de l'évêque de Kindu et Primat de l'Église anglicane du Congo, Mgr Zacharie Masimango.

Chers frères et sœurs, bonnes fêtes de Pâques.

Jésus-Christ, incarnation de la miséricorde de Dieu, est mort par amour sur la croix, et, par amour, est ressuscité. C’est pourquoi nous proclamons aujourd’hui : Jésus est le Seigneur!

Sa résurrection accomplit pleinement la prophétie du Psaume: la miséricorde de Dieu est éternelle, son amour est pour toujours, il ne mourra jamais. Nous pouvons nous confier totalement à lui, et nous lui rendons grâces parce qu’il est descendu pour nous jusqu’au fond de l’abîme.

Face aux gouffres spirituels et moraux de l’humanité, face aux vides qui s’ouvrent dans les cœurs et qui provoquent la haine et la mort, seule une miséricorde infinie peut nous donner le salut. Seul Dieu peut remplir de son amour ces vides, ces abîmes, et nous permettre de ne pas nous écrouler, mais de continuer à marcher ensemble vers la Terre de la liberté et de la vie.

L’annonce joyeuse de Pâques: Jésus, le crucifié, n’est pas ici, il est ressuscité (cf. Mt28, 5-6), nous offre la consolante certitude que l’abîme de la mort a été traversé et, avec lui, le deuil, la plainte et l’angoisse (cf. Ap 21, 4) ont été vaincus. Le Seigneur, qui a souffert l’abandon de ses disciples, le poids d’une condamnation injuste, et la honte d’une mort infâmante, nous rend maintenant participants de sa vie immortelle, et il nous donne son regard de tendresse et de compassion envers les affamés et les assoiffés, les étrangers et les prisonniers, les marginaux et les exclus, les victimes des abus et de la violence. Le monde est rempli de personnes qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit, et chaque jour les journaux sont pleins de nouvelles de crimes atroces, commis souvent dans les murs du foyer domestique, et de conflits armés, à grande échelle, qui soumettent des populations entières à des épreuves indicibles.

Que le Christ ressuscité ouvre des chemins d’espérance à la RD Congo bien aimée, pays déchiqueté par des conflits, avec son triste cortège de destructions, de mort, de mépris du droit humanitaire et de décomposition de la cohabitation civile. Nous confions à la puissance du Seigneur ressuscité les échéances électorales du Décembre prochain , pour que, grâce à la bonne volonté et à la collaboration de tous, on puisse recueillir des fruits de paix et engager la construction d’une société fraternelle, respectueuse de la dignité et des droits de tout citoyen. Que le message de vie, qui a retenti dans la bouche de l’Ange près de la pierre basculée du tombeau, soit victorieux de la dureté des cœurs et promeuve une rencontre féconde des peuples et des cultures dans les autres Provinces de notre pays, en particulier en Ituri, au Nord et Sud-Kivu.

Que l’image de l’homme nouveau qui resplendit sur le visage du Christ favorise la cohabitation entre Le Peuple Hema et Lendu en Ituri, ainsi que la disponibilité patiente et l’engagement quotidien à se dévouer pour construire les bases d’une paix juste et durable, par le moyen d’une Réconciliation directe et sincère. Que le Seigneur de la vie accompagne aussi les efforts visant à trouver une solution définitive à la guerre dans cette partie de la RD Congo, en inspirant et en soutenant également les initiatives d’aide humanitaire, parmi lesquelles la libération des personnes détenues.

Que le Seigneur Jésus, notre Paix (cf. Ep. 2, 14), qui par sa résurrection a vaincu le mal et le péché, stimule en cette fête de Pâques notre proximité aux victimes des guerres, forme aveugle et atroce de violence qui ne cesse pas de répandre le sang innocent en diverses parties de notre pays, comme cela s’est produit dans les récentes attaques au Kasai, à Beni, au Tanganyika.

Avec les armes de l’amour, Dieu a vaincu l’égoïsme et la mort; son Fils Jésus est la porte de la miséricorde grand ouverte à tous. Que son message pascal se projette de plus en plus sur les déplacés Hemas et Lendus, qui se trouvent dans des conditions difficiles pour vivre, et sur tous ceux qui ont en main les destinées du pays, afin que l’on puisse travailler en vue du bien commun, en cherchant des espaces de dialogue et de collaboration avec tous. Que partout on se dévoue pour favoriser la culture de la rencontre, la justice et le respect réciproque, qui seuls peuvent garantir le bien être spirituel et matériel des citoyens.

Le Christ ressuscité, annonce de vie pour toute l’humanité, se prolonge au long des siècles, et nous invite à ne pas oublier les hommes et les femmes en chemin, dans la recherche d’un avenir meilleur, file toujours plus nombreuse de migrants et de réfugiés parmi lesquels de nombreux enfants –fuyant la guerre, la faim, la pauvreté et l’injustice sociale. Ces frères et sœurs rencontrent trop souvent en chemin la mort ou du moins le refus de ceux qui pourraient leur offrir un accueil et de l’aide.

En ce jour glorieux, «que notre terre soit heureuse, irradiée de tant de feux », terre qui est pourtant tellement maltraitée et vilipendée par une exploitation avide de gain qui altère les équilibres de la nature. Je pense en particulier à ces zones touchées par les effets des changements climatiques, qui provoquent souvent la sécheresse ou de violentes inondations, avec, en conséquence, des crises alimentaires en plusieurs endroits de la planète.

Avec nos frères et sœurs qui sont persécutés pour la foi et pour leur fidélité au nom du Christ, et face au mal qui semble avoir le dessus dans la vie de beaucoup de personnes, réécoutons la consolante parole du Seigneur: «Courage! Moi, je suis vainqueur du monde» (Jn16, 33). C’est aujourd’hui le jour resplendissant de cette victoire, parce que le Christ a foulé aux pieds la mort, et par sa résurrection il a fait resplendir la vie et l’immortalité (cf. 2Tm1, 10). «Il nous fait passer de l’esclavage à la liberté, de la tristesse à la joie, du deuil à la fête, des ténèbres à la lumière, de l’esclavage à la rédemption. Disons-lui: Alléluia!»

A tous ceux qui, dans nos sociétés, ont perdu toute espérance et le goût de vivre, aux personnes âgées écrasées qui, dans la solitude, sentent leur forces diminuer, aux jeunes qui pensent ne pas avoir d’avenir, à tous j’adresse encore une fois les paroles du Ressuscité: «Voici que je fais toutes choses nouvelles...A celui qui a soif, moi, je donnerai l’eau de la source de vie, gratuitement (Ap21, 5-6).

Que le message rassurant de Jésus nous aide chacun à repartir avec plus de courage pour construire des chemins de réconciliations avec Dieu et avec les frères et sœurs.

Sa Grâce MASIMANGO K. Zacharie.
Archevêque et Primat de l’EAC.