This website is best viewed with CSS and JavaScript enabled, alternatively you can use the low bandwidth version.

Célébrer la croissance et comprendre la culture — le Secrétaire général se penche sur la deuxième année de son mandat

Posted on: August 2, 2017 11:26 AM
Le secrétaire général de la communion anglicane, le Dr Josiah Idowu-Fearon, s'adresse aux membres de l'ACC à Lusaka.
Photo Credit: ACNS

Click to read this article in English or Spanish
Haga clic para leer este artículo en inglés o español
Cliquez pour lire cet article en anglais ou en espagnol


« … je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi. »
[Éphésiens 3]

La prière de Saint Paul pour les Chrétiens d’Éphèse est également ma prière pour les membres de la Communion anglicane alors que je marque le deuxième anniversaire de ma nomination au poste de Secrétaire général. Paul écrivait de la prison où il était détenu. Par la grâce de Dieu, nous avons la liberté de voyager assez facilement vers presque tous les pays du monde.

Notre famille mondiale

L’une de mes responsabilités est de « renforcer la contribution spécifique des Églises anglicanes dans le monde entier au témoignage de l’amour réconciliateur de Dieu en Christ ». À cette fin, je suis particulièrement heureux de me rendre dans de nombreuses régions de la Communion. Mon rôle devient en effet celui d’un ambassadeur.

Depuis mon entrée en fonction, j’ai accepté des invitations pour participer à des synodes, des offices, des consécrations, et des réunions dans 25 pays de la Barbade à la Zambie. Je suis encouragé par la vigueur et la diversité de l’Anglicanisme dans le monde entier et je suis reconnaissant de l’hospitalité que l’on m’a accordée. J’ai vu de moi-même la façon dont les églises agissent synodiquement. Ce processus est fascinant et passionnant, et d’autres églises peuvent en tirer un enseignement. L’un des faits saillants que j’ai remarqués dans des régions d’Afrique et de l’Asie du Sud-est a été de voir les Primats renoncer à des disputes doctrinales de façon à se concentrer sur le besoin de réduire la pauvreté, et de confronter la mauvaise gouvernance, la corruption, l’ignorance et l’extrémisme islamique. Mon ambition est de visiter toutes les 39 provinces, d’écouter et de tirer des enseignements de chacune d’elles, ainsi que de partager ce que j’ai découvert ailleurs.

Je passe une grande partie de mon temps au Bureau de la Communion anglicane dans l’ouest de Londres, où je suis entre autres chargé de la direction du Secrétariat. Pour m’aider, David White a été nommé Directeur opérationnel au début de l’année. Par ailleurs, j’ai une équipe solide de directeurs et de personnel, dont les membres de l’Alliance anglicane basés à Londres.

Le changement est une réalité de la vie pour n’importe quelle organisation. L’année dernière, nous avons vu les Chanoines Phil Groves et Flora Winfield quitter leurs postes dans le Projet Indaba et aux Nations Unies respectivement. Ils se sont tous les deux distingués dans leur rôle et ils nous manquent. Tim Trimble, notre Directeur financier et administratif, nous quittera bientôt pour assumer une nouvelle fonction, et mon assistante personnelle, Christine Codner, prendra sa retraite après 34 ans de service. Nous rendons grâce à Dieu pour notre communion fraternelle dans l’Évangile avec toutes ces personnes et nous prions pour qu’il bénisse leur avenir.

La Croissance de la Communion

Au moment de rédiger ce document, je me prépare pour l’un des points forts de mon mandat. Je me rendrai bientôt à un office à Khartoum qui célèbrera l’inauguration d’une nouvelle province : le Soudan. C’est une nation où les Chrétiens sont en minorité. J’ai rencontré plusieurs ministres fédéraux au Soudan qui appartiennent à la majorité musulmane et qui reconnaissent les Chrétiens en tant que croyants avec lesquels ils sont disposés à collaborer. Lorsque les Anglicans changent leur approche par rapport l’Islam, il s’en suit un dialogue interreligieux sain. Je suis optimiste quant aux possibilités de l’avenir.

Le Chili présente une opportunité pour former une autre nouvelle province, grâce à l’évangélisation, à l’implantation d’églises et à une croissance. J’ai hâte de me rendre dans ces trois diocèses proposés plus tard dans l’année.

Notre vocation est principalement de proclamer Jésus et sa mission dans le monde entier et j’ai vu plusieurs exemples de nouvelles relations communautaires. Aux États-Unis, par exemple, l’Évêque président Michael Curry a pris part à une conférence à Dallas pour promouvoir de nouvelles façons de faire de l’évangélisme. Là-bas, des églises sont implantées dans de nouveaux quartiers avant même que les gens emménagent. En Asie du Sud-est, des églises sont implantées pour répondre aux besoins des gens ; et au Kenya, le Primat a dit clairement qu’une église divisée ne l’intéresse pas, mais qu’il se concentrera sur le développement dans les régions rurales et urbaines et sur la communication avec nos voisins musulmans.

Regarder vers l’avenir

Les tensions familiales — et cela inclut les familles d’églises — font partie de la condition humaine. Les églises du Nouveau Testament en ont certainement fait l’expérience. Ces tensions étaient regrettables, et le sont encore. Cependant, nous sommes le peuple de l’espoir de la résurrection et nous ne devons pas les laisser nous abattre. Lorsque nous nourrissons des opinions divergentes avec la même conviction, nous sommes tout particulièrement appelés à nous aimer les uns les autres. Cette unité sera notre témoignage « afin que le monde croie ».

En tant qu’Évêque et Archevêque au Nigéria, j’ai été appelé à bâtir des ponts entre les Chrétiens et les Musulmans et j’ai servi pour promouvoir la compréhension et le respect entre d’anciennes factions ennemies. C’est cette expérience qui m’a incité à présenter ma candidature au poste de Secrétaire général dans l’Église anglicane, où le besoin existant de construire une culture de respect et de compréhension mutuelle est reconnu.

Le ministère personnel de l’Archevêque de Cantorbéry est un modèle de patience et d’humilité. Dieu s’est servi de lui pour apporter la réconciliation entre les provinces qui étaient en conflit avec le reste de la Communion. Je crois que l’Archevêque illustre ce que cela signifie d’être gracieux. J’apprécie grandement les conversations régulières que j’ai eues avec lui depuis ma nomination.

La phase suivante de mon travail de Secrétaire général consistera à promouvoir à travers la Communion une compréhension des différentes cultures qui forment les racines des églises membres. Nous ne devrions pas nous attendre à ce que d’autres régions de la Communion soient exactement comme nous quand leur culture et leur histoire sont différentes des nôtres. Je veux que la Communion parvienne à une meilleure compréhension d’elle-même. Les convictions profondément ancrées concernant l’ecclésiologie et l’autorité (y compris celle des évêques et des archevêques) sont parfois plus influencées par la culture locale que par le Christ.

Il peut s’avérer douloureux pour certains d’abandonner la prétention qu’eux seuls sont l’église, avec l’implication que les autres ne la sont pas. Cependant, nous ne pouvons pas nous permettre de dire « je n’ai aucunement besoin de vous », car cela empêcherait la possibilité de donner et de recevoir les bénédictions que nous nous devons les uns aux autres.

Au sein de la famille anglicane, quelle que soit la région de la Communion d’où nous venions, nous devenons membres de l’Église en acceptant Jésus en tant que Sauveur personnel et par le baptême. Par la suite, malgré les péchés que nous commettons, nous restons membres de l’église. Nous ne pouvons donc pas nous « retirer » mutuellement « de l’église » simplement parce que nous n’approuvons pas notre comportement mutuel. En fin de compte, c’est Dieu qui fait la distinction entre le fidèle et l’infidèle. C’est à nous de nous aimer les uns les autres et de laisser le jugement au Tout-Puissant.

La tradition anglicane ne laisse aucune place à la dictature : les décisions doivent être prises par des moyens reconnus et constitutionnels. L’évêque est un serviteur, un enseignant, un guide et un protecteur du peuple. Le théologien Richard Hooker a identifié trois sources d’autorité : les Écritures, la Tradition et la Raison, et les Écritures ont ce que nous pourrions considérer comme la voix prépondérante. Cette analyse pourrait être le moyen de déplacer l’impasse quand les Chrétiens semblent avoir adopté des positions intransigeantes et s’opposer les uns aux autres.

Je recommande fortement que le Bureau de la Communion anglicane facilite une série de visites au sein des provinces et entre les provinces, afin que les Anglican se rencontrent les uns les autres et apprennent les uns des autres, pour qu’ils s’engagent les uns envers les autres et se soutiennent mutuellement dans la mission, et pour qu’ils se rendent à leurs synodes mutuels en tant qu’observateurs. Les visiteurs pourraient être invités à s’adresser aux frères et aux sœurs de l’autre province. Il en résulterait une compréhension mutuelle en particulier par rapport à la façon dont nous voyons l’autorité s’exercer.

Le Rassemblement des Primats et la Conférence de Lambeth

L’Archevêque de Cantorbéry a convoqué un Rassemblement des Primats en octobre 2017 et une Conférence de Lambeth en 2020. Le Bureau de la Communion anglicane fournira le soutien administratif nécessaire.

Un Groupe de travail des Primats, constitué à la demande des Primats pour aider la Communion à cheminer ensemble malgré les différences, a déjà amélioré notre ouverture les uns envers les autres, en particulier en matière d’autorité. Les évêques, le clergé et les membres laïcs du Groupe sont parvenus à reconnaître la grande diversité de la Communion anglicane en matière de culture, d’ecclésiologie et de politique. Ils rentreront dans leurs provinces en tant qu’ambassadeurs avec une vision élargie de cette diversité.

Le Groupe de Conception de (la Conférence de) Lambeth 2020 comprend des membres de chaque région de la Communion. J’espère qu’ils corrigeront les éventuelles informations erronées concernant le processus, et qu’ils détruiront le mythe que l’ordre du jour est fixé par l’« Occident » puis imposé au reste ! Des réunions régionales pourraient également avoir lieu entre les primats avec l’Archevêque de Cantorbéry, pour proposer des idées au Groupe de Conception. J’anticipe une merveilleuse et significative Conférence de Lambeth dans trois ans.

Ce sera notre première Conférence de Lambeth depuis 12 ans. Cette occasion sera historique. Les évêques y représentent leurs églises locales, et apportent leurs bonnes nouvelles ainsi que les questions difficiles. Pendant la Conférence, ils sont soutenus par les prières du monde entier. Ils se rencontrent pour discerner ce que le Seigneur dit à son peuple, par l’étude de la Parole et dans l’attente et le partage en commun. La conférence porte une noble autorité morale. Elle n’est pas juridiquement contraignante pour les provinces, car celles-ci sont autonomes. Toutefois, lorsqu’elle se prononce dans une résolution formelle, l’ensemble du monde chrétien, et pas seulement la Communion anglicane, devrait écouter. Dans une résolution de la Conférence de Lambeth, la partie anglicane de l’Église universelle s’est prononcée.

Le Conseil consultatif anglican (ACC)

Notre prochaine ACC est prévue pour 2019. La composition de l’ACC est différente et les laïcs, le clergé et les évêques y sont représentés. Les autres Instruments de la Communion le sont également. Par ailleurs, elle comporte une constitution. L’autorité de l’ACC est énorme et, tout comme la Conférence de Lambeth, ses résolutions peuvent avoir un poids moral. Il devrait être possible de les discuter au niveau des diocèses, plutôt que de les voir faire l’objet d’un filtrage à l’échelle provinciale. De cette façon, les évêques, les prêtres et les laïcs peuvent voir que les résolutions de l’ACC peuvent entraîner une action sur le terrain. J’aimerais commencer une toute nouvelle réflexion sur le poids moral des résolutions de l’ACC-16 et de celles qui émaneront de la Conférence de Lambeth.

Le développement

Ma vision est de remodeler la Communion. Nous devons changer en termes de représentation, de partenariat et de mission. J’envisage une Communion où :

  • nous grandirons sur le plan spirituel et en nombre ;
  • nos différences culturelles seront mieux reconnues ;
  • la diversité sera respectée ;
  • nous serons fiers d’être Anglicans.

J’ai le privilège de servir la Communion et d’assumer le rôle de Secrétaire général et je suis impatient de voir ce que Dieu fera au cours la troisième année de mon mandat.

« … je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi. »


Click to read this article in English or Spanish
Haga clic para leer este artículo en inglés o español
Cliquez pour lire cet article en anglais ou en espagnol